ActualitéBlockchain / CryptoBusinessDivertissementEuropeFinTechMarketing & Communication

Pourquoi le PSG lance-t-il sa cryptomonnaie ?

Il n’y a pas que dans la sphère financière que la blockchain est utilisée. On le savait déjà avec des acteurs de la grande distribution qui s’appuient sur cette technologie pour améliorer la traçabilité des produits. Mais la blockchain commence également à pénétrer le monde du sport, et notamment le football. Preuve en est aujourd’hui avec le lancement de la monnaie virtuelle du Paris Saint-Germain pour permettre aux supporters du club de la capitale de participer à la vie du club. 

Dans ce cadre, le leader actuel du championnat de France s’est associé en septembre 2018 à la plateforme Socios.com de la start-up maltaise Chiliz, propriété du groupe Mediarex. Cette dernière permet depuis ce mardi d’acheter en ligne des jetons (tokens), baptisés «$PSG» pour l’occasion, via la monnaie virtuelle Chiliz ($CHZ). Grâce à celle-ci, les supporteurs du PSG peuvent s’offrir des «Fan Tokens», c’est-à-dire des actifs numériques entièrement fongibles stockés dans la blockchain de Chiliz, pour gagner le droit de participer à la plupart des décisions du club.

20 millions de tokens émis pour créer une communauté de «socios»

Bien évidemment, il ne s’agit de donner aux supporters parisiens les mêmes pouvoirs qu’aux «socios» du FC Barcelone ou du Real Madrid, qui détiennent réellement une petite part de leur club de coeur. A l’image du fonctionnement d’une association, d’un syndicat ou d’un parti politique, les «socios» pèsent réellement sur les décisions du club. Ce titre leur donne d’ailleurs le droit d’élire le président du club et de participer aux autres scrutins importants de la vie du club. Une manière pour ces supporters particuliers d’orienter la gouvernance de leur club et de changer de cap le cas échéant. Cerise sur le gâteau, les «socios»se voient attitrer une place dans le stade. 

Dans le cas du PSG, il n’est donc pas question de faire voter les supporters parisiens pour adouber ou remplacer Nasser al-Khelaïfi, l’actuel président du club, ou de leur donner une place au Parc des Princes en échange d’un token, mais de les faire participer à des sondages sur des décisions plus légères. Par exemple, ces «socios» numériques pourront voter pour choisir la musique d’entrée des joueurs au Parc des Princes et celle jouée lors de chaque but marqué, ou le message inscrit sur le bus lors d’un déplacement chez l’OM, rival historique du PSG. Ils pourront également voir leur fidélité récompensée par une expérience VIP lors d’un match ou une rencontre avec les joueurs. A noter que c’est uniquement le club qui décide de la question posée et des réponses proposées. Cependant, le PSG s’est engagé auprès de Socios.com à respecter le résultat des scrutins. 

Une nouvelle image du supporter 

Au total, ce sont 20 millions de tokens, à 2 euros l’unité, qui sont mis sur le marché. Cependant, la fluctuation du cours de la cryptomonnaie Chiliz, au même titre que le Bitcoin ou l’Ether, pourrait bien faire passer les supporters parisiens par toutes les émotions. Ainsi, une qualification pour le dernier carré de la Ligue des champions pourrait faire grimper le cours de la monnaie virtuelle, tandis qu’une série de défaites pour le faire plonger. Logiquement, plus un fan détiendra des tokens, plus il exercera une influence importante sur un vote. Pour éviter les dérives, un plafond a toutefois été fixé. 

Au-delà d’impliquer davantage les fans français du PSG, ce dispositif, qui s’apparente davantage à un programme de fidélité qu’à une offre pour devenir un actionnaire du club, vise aussi à engager les supporteurs de Paris dans le monde entier. Aux yeux d’Alexandre Dreyfus, à la tête de la plateforme Socios.com, nous assistons à une redéfinition de l’image du supporter. «Un fan n’est plus catégorisé uniquement comme un supporter qui vit dans la ville de son club préféré et qui va au stade. Il faut aussi accepter que des fans soient nés en Thaïlande et au Japon, et soient autant des supporters que ceux qui vivent dans la ville du club en question», estime-t-il à notre micro.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de son interview ici : 

Les clubs sont des marques lifestyle globales 

Le partenariat entre le PSG et Socios.com s’étend sur cinq ans, le temps d’étudier pour le club les apports de cette cryptomonnaie dans ses revenus. «Cette technologie révolutionnaire aura un impact important sur la stratégie commerciale globale du club et sur la manière dont nous interagissons avec nos fans», estimait Marc Armstrong, directeur du sponsoring du Paris Saint-Germain, passé par la NBA, au moment de l’annonce de la collaboration avec la plateforme d’Alexandre Dreyfus. 

Peu à peu, les clubs de football, comme les artistes dans l’industrie musicale, deviennent de véritables marques lifestyle, avec produits dérivés et programmes pour récompenser la fidélité de leurs fans dans le monde entier. Le but est avant tout de développer un sentiment d’appartenance. La monnaie virtuelle du PSG s’inscrit dans cette tendance. D’autres clubs de football ont fait également appel à Socios.com pour effectuer une démarche similaire, comme la Juventus de Turin, l’AS Roma, l’Atlético Madrid ou encore Galatasaray. La plateforme vise 1 million d’utilisateurs d’ici la fin de l’année. L’offensive de la blockchain dans le football ne fait que débuter. 

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Pourquoi le PSG lance-t-il sa cryptomonnaie ?
Coronavirus: Edouard Philippe envisage une app qui localiserait les personnes infectées
Utilisation des données de santé : la sécurisation comme pré-requis
Coronavirus: la téléconsultation médicale en plein boom depuis le confinement
L’addiction aux jeux vidéo est-elle vraiment une maladie mentale?
Télécoms: les opérateurs américains T-Mobile et Sprint ont enfin fusionné pour rivaliser avec Verizon et AT&T
WeWork: SoftBank renonce à son OPA de 3 milliards de dollars
Copy link