ActualitéMarketing & Communication

Quand Facebook tousse, le web s’enrhume…

Facebook a connu des interruptions de service pour quelques 900 millions d’utilisateurs cette nuit. Selon le site Techcrunch, le réseau social a été apparemment victime de piratage informatique.

Le site rencontre si rarement des problèmes de chargement que cette panne a contrarié  plus d’un utilisateur, tandis que les petits bugs de Twitter, plus fréquents, n’étonnent plus personne. Les premiers commentaires exprimant la frustration des utilisateurs sont alors apparus sur Twitter, annonçant «Facebook est en panne. Tout comme son cours en bourse ». La citation «RIP Facebook» était parmi les dix premiers sujets tendances aux États-Unis et à travers le monde.

Le groupe Anonymous a indiqué via son compte Twitter qu’il était derrière ce piratage, et Facebook n’aurait pas démenti l’information.

Les conséquences sont multiples sur la sphère Internet : avec les liens de partage Facebook (« Like », « Share ») et les widgets placés un peu partout sur les sites, quand les serveurs de Facebook plantent, le trafic Internet ralentit et les sites perdent par conséquent un peu de leur audience, comme le souligne Vincent Abry dans un post de blog.

Nous saurons ce soir si cette panne va affecter le cours en bourse du réseau social, déjà en recul de 3,7% à 27,15$ hier après avoir glissé de 2,2% mercredi soir et de 10% la veille. Les analystes ont également averti que les actions pourraient encore baisser.

Bouton retour en haut de la page
Quand Facebook tousse, le web s’enrhume…
Cybersécurité: GitGuardian lève 44 millions de dollars auprès d’Eurazeo
Comment construire sa stratégie de Content Marketing, avec Gregory Nicolaidis, CEO de YouLoveWords
Marketing digital: focus sur des techniques de génération d’audience appliquées au BtoB
NSO Group: le fabricant du logiciel d’espionnage controversé Pegasus ouvre une enquête
Les données des consommateurs, nouvelle mine d’or de la grande distribution depuis l’avènement de l’e-commerce
Cajoo
Quick commerce: pourquoi la livraison rapide à domicile peine à être rentable