ActualitéBusinessMedia

Réseaux sociaux: après les innovations, l’uniformisation?

Les réseaux sociaux, synonymes d’innovation, tendent aujourd’hui à copier les fonctionnalités populaires de leurs concurrents pour séduire toujours plus d’utilisateurs. On peut citer le concept de « stories », ces posts éphémères initiés par Snapchat en 2013, que la majorité de ses concurrents ont repris. Mais s’ils possèdent tous les mêmes fonctionnalités, comment les réseaux sociaux entendent-ils se démarquer?

Twitter a récemment lancé ses tweets éphémères sur le modèle des stories bien après ses concurrents. Baptisée « fleets », la fonctionnalité permet de poster des messages qui disparaissent au bout de 24h. LinkedIn, le réseau social de Microsoft pour les professionnels, a également lancé une fonctionnalité similaire en juin 2020. Cependant, les objectifs de LinkedIn ne sont pas les mêmes que ses concurrents puisqu’ici, les stories doivent permettre aux entreprises de mieux montrer qui elles sont auprès des employeurs potentiels. De son côté, Twitter est motivé par la nature éphémère des stories qui amène les utilisateurs à s’exprimer davantage. Si le réseau social semble être en retard sur ses concurrents, il préfère revendiquer un projet mûrement réfléchi au cours duquel il a pu s’assurer que les dérives habituelles (incivilité, désinformation, contenus haineux, etc) soient empêchées. Ici, ce sont les valeurs et la volonté du réseau social qui doivent faire la différence. 

TikTok rebat les cartes

Ces dernières années, c’est la très populaire application chinoise TikTok qui se voit copiée et concurrencée, notamment par des géants américains. Facebook a par exemple tenté de séduire les jeunes utilisateurs avec son application Lasso, qui permettait de monter des courtes vidéos en y ajoutant des chansons. Facebook a finalement annoncé la fin du réseau social pour le 10 juillet 2020 et en a profité pour miser sur Reels, une fonctionnalité d’Instagram également pensée pour faire de l’ombre à TikTok. 

Snapchat, le réseau social préféré des ados de manière incontestable avant l’arrivée de TikTok, tente également de rattraper l’application de ByteDance en diversifiant ses fonctionnalités. Le groupe américain a lancé lundi 23 novembre une fonctionnalité baptisée Spotlight qu’il a calqué sur le modèle de TikTok. En effet, Spotlight permet aux utilisateurs de créer et de partager des vidéos sur un fil public de contenus, personnalisé selon les goûts des utilisateurs. Cependant, Snap souhaite se démarquer grâce à sa gestion de la modération des contenus, souvent reprochée à ses concurrents. Le groupe américain a en effet averti que chaque vidéo publiée aura été validée par un modérateur. Cette approche lui permettrait de se soustraire aux critiques qui frappent aussi bien TikTok, YouTube ou encore Facebook, récemment convoqué au Sénat américain pour répondre de sa gestion de la modération sur son réseau social pendant l’élection présidentielle.

Innovations ?

En parallèle, Snap poursuit sa quête d’innovation, notamment dans les technologies vocales. Récemment, le groupe a racheté la startup britannique Voisey, spécialisée dans les filtre vocaux. S’il n’a pas souhaité commenter cette acquisition, Snap pourrait utiliser la solution de Voisy pour offrir à ses utilisateurs une large gamme d’effets vocaux, y compris l’Auto-Tune, qui permet aux utilisateurs de créer des contenus originaux, tandis que TikTok n’est pas particulièrement axée sur la création de contenus musicaux originaux. 

Twitter travaille également sur des technologies vocales avec ses « voice tweets », dont le lancement est prévu l’année prochaine. Des tests sont déjà en cours depuis juin 2020 sur les iPhone. « Parfois, 280 caractères ne suffisent pas et certaines nuances de la conversation se perdent dans la traduction », avait expliqué Twitter lors du lancement de la phase de test. « C’est pourquoi nous testons une nouvelle fonctionnalité qui ajoutera une touche plus humaine à la façon dont nous utilisons Twitter : votre propre voix. »

Dans un autre secteur, Snap a également racheté la plateforme israélienne Voca.ai qui conçoit et commercialise des assistants vocaux basés sur l’IA, probablement pour séduire les entreprises. Cette stratégie a déjà été initiée par Facebook qui a récemment amélioré ses applications Messenger, Instagram et WhatsApp pour optimiser les échanges avec les clients et offrir plus de visibilité aux professionnels.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Réseaux sociaux: après les innovations, l’uniformisation?
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups
tiktok
Face aux pressions de Pékin, les géants de la Tech s’engagent à respecter la concurrence
Imagerie médicale: le Français Imageens lève 1,2 million d’euros auprès d’Anaxago
Alors que le Royaume-Uni se déconfine, Deliveroo anticipe une décélération de sa croissance
Facebook: l’UE enquête sur la fuite des données de plus de 530 millions d’utilisateurs
Instagram
Like ou pas like? Instagram cherche à faire baisser la pression sociale