ActualitéEuropeHR TechSalaires

Salaires des développeurs: le Big Data paye mieux

Côté salaire, quand on est développeur, mieux vaut être spécialisé dans les données (Big Data) ou le mobile qu’en PHP. C’est ce qui  ressort de la version 2014 de l’étude sur les salaires des développeurs que vient de publier UrbanLinker, cabinet de recrutement spécialisé sur les profils web. Ces tendances suivent logiquement celles de l’évolution de l’utilisation des technologies.

L’étude vise à évaluer l’écart salarial entre chaque environnement technique et à déterminer le potentiel d’évolution salariale selon l’expérience. Ainsi, un développeur data scientist peut espérer gagner entre 50 et 75 K euros par an selon son expérience. Les catégories HTML4 et CSS2 ont été supprimées en raison de l’obsolescence de ces technologies constatée sur le marché de l’emploi, a contrario la catégorie dédiée aux données a été ajoutée. Toutes les données sont exprimées en milliers d’euros par an et concerne les recrutements effectués en Ile-de-France.

Le développeur PHP

php

Le développeur Java, .Net et Ruby

java-net-ruby

Le développeur Front End

front end

Le développeur Big Data

bigdata

Le développeur Mobile

mobile

Les métiers UI et UX

ux-ui

L’étude 2014 complète

Lire aussi:

>> 57% des développeurs ne sont pas satisfaits de leur rémunération

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Salaires des développeurs: le Big Data paye mieux
Gleamer
MedTech: Gleamer boucle un tour de table de 7,5 millions d’euros mené par XAnge
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link