ActualitéArts et CultureLes levées de fonds

Shazam lève 30 millions de dollars, valorisation à plus de 1 milliard de dollars

Shazam vient d’annoncer avoir bouclé un nouveau tour de table de 30 millions de dollars, sur la base d’une valorisation à plus de 1 milliard de dollars. Les investisseurs n’ont pas été communiqués. La société souhaite profiter de ce nouvel investissement pour financer sa croissance, et adresser de nouveaux secteurs.

« Ce financement reflète les progrès importants que nous avons réalisés pour proposer un nouveau paradigme aux marques et aider les propriétaires de contenu à accroître l’engagement avec leur public » déclare Andrew Fisher, le président de l’entreprise.

Fondée en 2002 à Londres sur un modèle différent d’aujourd’hui, Shazam revendique avoir franchi la barre des 100 millions d’utilisateurs actifs par mois dans le monde. En octobre, l’application affirmait que plus de 15 milliards de « tags » avaient été effectués via son service.

Crédit photo: Shazam

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. il est question de l’aggrandissement des partenariats avec les émissions/pubs TV, au cinéma ou même les contenus scannable/QRcodables dans les magazines. Quelqu’un sait il concrètement quels programmes/contenus/marques sont concernées en France? J’ai jamais vu le logo Shazam en France contrairement aux US. Merci!

Bouton retour en haut de la page
Shazam lève 30 millions de dollars, valorisation à plus de 1 milliard de dollars
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?