ActualitéAmérique du nordBourseBusinessHR TechInvestissements

Slack s’introduit en Bourse sans lever de fonds

AFP

L’américain Slack (messagerie d’entreprises) va faire ses premiers pas en Bourse jeudi via la procédure rare de cotation directe, au prix de référence, indicatif, de 26 dollars, a indiqué mercredi la Bourse de New York.

Slack, qui propose aux entreprises un outil permettant à leurs employés de communiquer en temps réel et de partager des fichiers, fait partie des nombreuses licornes (entreprises non cotées valorisées au -delà d’un milliard de dollars) à entrer en Bourse cette année, après notamment Uber et Pinterest, et avant Airbnb ou WeWork, notamment.

Un procédé atypique

La valorisation de Slack a bondi en quelques mois, passant d’environ 7 milliards de dollars lors de sa dernière levée de fonds en août 2018 à environ 17 milliards de dollars, selon le cabinet spécialisé dans les entrées en Bourse Renaissance Capital. Le « prix de référence » est indicatif, ce n’est pas un prix d’introduction comme lors d’une entrée en Bourse traditionnelle (IPO, Initial Public Offering) mais une indication donnée par la Bourse avant les premiers ordres de ventes et d’achats, qui, eux, détermineront la valeur du titre.

Slack, qui sera côté sous le code boursier WORK, a indiqué dans un communiqué distinct que 194.087.103 actions de classe A seraient cotées. L’arrivée en Bourse de Slack vient à nouveau mettre en lumière, un an après Spotify, le processus de cotation directe à Wall Street, un procédé atypique permettant à une entreprise de s’introduire sur les marchés à frais réduits.

Une opération plus économe

La cotation directe est « la possibilité pour une entreprise qui n’a pas de besoins immédiats en capitaux et qui souhaite offrir davantage de liquidité à ses actionnaires de se lancer sur les marchés financiers« , selon le New York Stock Exchange (NYSE), la place boursière qui accueillera l’opération, sur son site. A l’inverse d’une entreprise venant pour lever des capitaux frais, une cotation directe permet surtout d’offrir davantage de latitude aux actionnaires, notamment celle de vendre leurs participations.

Ce procédé permet par conséquent de ne pas diluer la part de ceux qui sont déjà actionnaires et veulent conserver leur investissement puisqu’aucune nouvelle action est émise. L’opération est particulièrement adéquate pour une entreprise telle que Slack, largement financée par les investisseurs privés durant des années. C’est également une opération plus économe: ici des frais beaucoup moins lourds sont alloués aux banques d’investissement, traditionnellement chargées de piloter la bonne marche des entrées en Bourse. Mais cela peut souvent signifier une entrée en Bourse moins bien ficelée, et donc de potentiels ratés le Jour-J.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Slack s’introduit en Bourse sans lever de fonds
Groupe ADP, Sephora, A.D Environnement : focus sur les offres d’emploi du jour
Next Station lève 1 million d’euros pour étendre sa plateforme de recrutement à l’étranger
Comment passer de l’outil digital en silo à un système de soins transformé?
La Nouvelle-Calédonie, seule terre d’Outre-mer lauréate des « Territoires d’innovation »
WeWork va « probablement repousser » son introduction en Bourse à octobre
Rendre les drones plus sûrs, un impératif pour toute l’industrie
Copy link