ActualitéMarketing & Communication

[Slideshare] Visite guidée du très sélect réseau social : Best of All Worlds

A quoi ressemble le nouveau réseau de niche Best of all Worlds ? Emmanuel Vivier, cofounder du HUB Institute et membre de ce réseau très privé, vous apporte quelques éléments de réponse avec le slideshare suivant.

Véritable visite guidée, cette présentation revient sur la création de la plateforme imaginée par le suédois Erik Wachtmeister, mais propose surtout une batterie de captures d’écrans agrémentées d’annotations… De quoi satisfaire la curiosité de nombreux internautes qui n’ont pas accès au réseau.

Au menu : page d’accueil et modes de navigation mais également un petit tour d’horizon des différentes rubriques : People, Events, Discussions, City guide, Trips etc. Le slideshare propose également un zoom sur l’application mobile dédiée.

Emmanuel Vivier dresse enfin un bilan des principales caractéristiques de Best of all Worlds. Selon lui, il s’agit plus d’une évolution que d’une révolution. Le réseau connaîtrait, par ailleurs, des débuts prometteurs et pourrait représenter un marché très attractif pour les marques haut de gamme. Une dernière remarque souligne néanmoins « l’absence actuelle de multilinguisme » qui « pénalise certainement le reach auprès des Chinois, Russes, Arabes et Japonais ».

Retrouvez l’interview d’Erik Wachtmeister :

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Slideshare] Visite guidée du très sélect réseau social : Best of All Worlds
Bubble lève 100 millions de dollars pour sa plateforme no-code
Pass sanitaire: inquiètes, les entreprises demandent au gouvernement de ne pas supprimer les aides
Facebook travaille sur le metaverse, incarnation de l’avenir du réseau social selon Mark Zuckerberg
Dopé par un nombre record de livraisons, Tesla gagne plus d’un milliard de dollars sur un trimestre
IA: Kili Technology lève 25 millions de dollars auprès de Balderton Capital
BeautyTech: Planity lève 30 millions d’euros auprès de Gaia Capital pour accélérer en France et en Allemagne