ActualitéBusinessTech

Smart City : voyage au cœur des «Learning Cities»

Interview de Benoît Gufflet et Dimitri Kremp, auteurs du rapport «Learning Cities, un voyage étudiant à travers la Smart City»

La «Smart City» est-elle déjà une réalité ? Pour répondre à cette question, Benoît Gufflet et Dimitri Kremp, deux jeunes diplômés de Sciences Po Paris et d’HEC, ont préparé une Learning Expedition qui leur a permis d’explorer et d’étudier sept villes sur trois continents en 2020. Un voyage perturbé par la pandémie de Covid-19 mais riche en enseignements. Les deux explorateurs urbains en herbe ont ainsi pu confronter des notions fantasmées, comme celle de la «Data City» et du «Smart Citizen», à la réalité du terrain. Ce projet, baptisé «Across The Blocks», a abouti à la réalisation d’un rapport dans lequel ils ont consigné les conclusions de leurs investigations menées durant leur voyage.

Benoît Gufflet et Dimitri Kremp nous racontent leur voyage et les enseignements qui en découlent autour de la «Smart City» :

Le périple de Benoît Gufflet et Dimitri Kremp a débuté en janvier 2020 à Rio de Janeiro. Ils ont ensuite pris la direction de la Colombie pour découvrir les expérimentations menées à Medellín, avant de s’envoler pour le Canada où le débat faisait rage à Toronto autour d’un projet de quartier futuriste piloté par les technologies et les données numériques. Et pour cause, ce projet portait le sceau de Sidewalk Labs, filiale d’Alphabet (Google) spécialisée dans les innovations urbaines. Le voyage de Benoît Gufflet et Dimitri Kremp a ensuite pris une drôle de tournure lorsqu’ils ont débarqué à Singapour en mars 2020 alors que le monde se confinait face à l’arrivée de la pandémie de Covid-19.

Des villes connectées et durables en plein apprentissage

Après un isolement de 14 jours imposé par les autorités locales et quelques jours supplémentaires pour comprendre pourquoi la cité-État est souvent érigée en modèle de «Smart City» dans le monde entier, ils ont vu leur Learning Expedition suspendue par la pandémie. Mais pas de quoi entamer leur confiance et leur détermination dans le projet. Ils ont fini par repartir en vadrouille en Europe du Nord en septembre. Après avoir étudié des villes connectées et durables outre-Atlantique et en Asie, ils sont partis à la découverte de Stockholm, Tallin et Helsinki. Trois villes nordiques pour conclure un voyage unique lors duquel un constat s’est imposé à leurs yeux.

Il n’y a pas vraiment de «Smart Cities» aujourd’hui dans le monde, mais plutôt des «Learning Cities», qui mènent des expérimentations pour injecter du numérique dans l’environnement humain, échouent parfois, réussissent de temps en temps, qui testent de nouveaux services. Autrement dit, il s’agit de villes en apprentissage permanent qui tentent d’exploiter au maximum le potentiel des données pour optimiser leur fonctionnement et ainsi améliorer la vie des citadins. Mais la route est encore très longue pour aboutir à de véritables «Smart Cities»…

Bouton retour en haut de la page
Smart City : voyage au cœur des «Learning Cities»
Buy now, pay later: soutenue par Amazon, la startup indienne Capital Float lève 50 millions de dollars
Le jour où j’ai appris la date de la mort de ma startup
Bonsoirs: comment Nicolas Morschl a lancé sa DNVB de linge de maison
esport
Sept studios indépendants de jeu vidéo lèvent 100 millions d’euros pour fonder un nouvel éditeur
Swan
Banking-as-a-Service: la FinTech Swan lève 16 millions d’euros auprès d’Accel
10 ans après son arrivée en France, Outbrain veut devenir l’alternative des GAFA auprès des éditeurs et des annonceurs