ActualitéAmérique du nordBusinessRetail & eCommerceTransport

Tesla Motors met ses brevets sur la place publique

Elon Musk, le patron de la compagnie Tesla Motors cherche à interpeller les grands acteurs de l’industrie automobile, et se place en libérateur du marché de la voiture électrique.

« Nous n’engagerons aucune poursuite contre ceux qui voudront de bonne foi utiliser notre technologie » a -t-il déclaré. La société californienne a décidé d’ouvrir ses brevets, pour « s’inscrire dans le mouvement open source ».

L’an passé, son modèle S de berline électrique haut de gamme a été vendu à plus de 17 000 exemplaires, pour un prix d’entrée démarrant à 70 000 dollars. Loin des objectifs affichés par le fondateur de PayPal : « Sachant que la production annuelle atteint 100 millions de modèles, pour un parc automobile mondial de 2 milliards de véhicules, Tesla Motors ne peut pas produire assez vite ses véhicules électriques pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre » a déclaré M. Musk

Fondée en 2003 en Californie et basé à Palo Alto, Tesla Motors emploie près de 3 000 personnes, dont les deux tiers sont dédiés à la chaîne de production. La société produit des moteurs électriques et des batteries pour Toyota et Daimler, qui possèdent 10% des parts de l’entreprise. Au dernier trimestre, l’entreprise a dégagé un chiffre d’affaires de 761 millions de dollars pour plus de 30 000 modèles écoulés.

 

Mathilde Hodouin

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Tesla Motors met ses brevets sur la place publique
coinbase
Cryptomonnaies: Coinbase prépare une entrée en Bourse historique
GAFA et médias: l’accord entre l’Australie et Facebook va-t-il inspirer d’autres pays?
Blockchain : Sorare lève 40 millions d’euros auprès de Benchmark, Accel, Partech et Antoine Griezmann
5G: Ericsson veut recruter 300 personnes pour renforcer son centre de R&D en France
[Webinar] Pourquoi la DSI serait-elle la dernière à se digitaliser?
Uber
À Paris, des chauffeurs dénoncent une volonté d’imposer une « loi Uber en Europe »