ActualitéBusinessEuropeFonds d'investissementInvestissementsTech

Un an après l’arrivée de Marc Simoncini, Daphni lance un fonds de 90 millions d’euros

Après des mois moroses à cause de la crise du coronavirus, la French Tech retrouve des couleurs en cette rentrée 2020-2021. Côté entrepreneur, Mirakl a frappé fort avec un tour de table de 255 millions d’euros, la plus grande levée de fonds jamais réalisée par une start-up française, pour intégrer le cercle très fermé des licornes tricolores. Coté investisseur, Daphni entame un nouveau chapitre de son histoire avec un premier closing de 90 millions d’euros pour son nouveau fonds Yellow. Ce véhicule d’investissement, dont la taille maximale est fixée autour de 150 millions d’euros, permet à Daphni d’atteindre 350 millions d’euros sous gestion répartis dans trois fonds, à savoir Yellow donc, mais aussi Purple, le fonds historique de la société parisienne de capital-risque, et Jaïna.

Pour mettre sur orbite ce nouveau fonds, Daphni a pu compter sur le soutien renouvelé de Bpifrance, Swen Capital Partners, PRO BTP, Arkéa et Macif. Parmi les autres acteurs institutionnels qui ont contribué au lancement de ce nouveau véhicule d’investissement, on retrouve également Accor, SEB et Bouygues entrent au capital. Par ailleurs, de nombreux entrepreneurs français bien connus de l’écosystème, comme Jacques-Antoine Granjon (Veepee), Xavier Niel (Iliad), Jean-Baptiste Rudelle (Criteo), Olivier Mathiot (PriceMinister, France Digitale), Franck Le Ouay (Criteo, Lifen), Marion Carrette (OuiCar) ou encore Fred Potter (Withings, Netatmo), ont aussi investi dans Yellow.

Ce fonds concentrera ses investissements dans des projets B2C et Tech for Good. «Nous prévoyons d’accompagner une trentaine de projets de tout secteur du numérique et technologique dans leur phase initiale de développement, principalement en pré-série A et série A, via des tickets d’une valeur comprise entre 1 et 5 millions d’euros en première intention, avec une capacité à participer aux tours successifs. Nous annoncerons les premiers projets dans les prochaines semaines», indique Marc Simoncini, qui connaît aussi bien le monde de l’entrepreneuriat avec Meetic, Sensee et Angell, que celui de l’investissement avec Jaïna Capital.

Le premier fonds lancé depuis la fusion Daphni-Jaïna

Au-delà de permettre à Daphni de se muscler pour briller davantage sur la scène du capital-risque français, le nouveau fonds Yellow est le premier lancé depuis l’arrivée de Marc Simoncini aux commandes du fonds d’investissement parisien à l’été 2019. Dans ses bagages, l’entrepreneur français était arrivé avec les équipes de son fonds Jaïna Capital et son associé Charles-Henry Tranié. Ils ont rejoint les fondateurs Pierre-Eric Leibovici et Pierre-Yves Meerschman, toujours actifs dans la structure, tandis que Marie Ekeland, Willy Braun et Mathieu Daix se sont envolés vers de nouveaux horizons.

Fondé en 2015, Daphni se revendique comme un «VC-as-a-Platform» avec une plateforme communautaire pour simplifier la mise en relation entre les start-up et les investisseurs. Baptisée «Daphnipolis», cette communauté rassemble plus de 300 personnes, qui sont des investisseurs, des entrepreneurs, des dirigeants, des universitaires ou des créatifs experts dans leur domaine de prédilection, pour alimenter en permanence un vivier d’idées et de projets avec les ressources nécessaires pour les faire décoller. Depuis sa création, Daphni a investi notamment dans Back Market, Swile, Lifen, Shine, Agricool, Goshaba, Another Brain et Fretlink.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Un an après l’arrivée de Marc Simoncini, Daphni lance un fonds de 90 millions d’euros
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch