ActualitéBusinessJeux Video

ValueAct veut miser 1,1 milliard de dollars sur Nintendo pour concurrencer Netflix et Apple Music

Le fonds activiste ValueAct Capital envisage de prendre une participation de plus de 1,1 milliard de dollars dans Nintendo, selon une lettre rapportée par l’agence de presse Reuters. ValueAct poursuit ainsi sa stratégie d’investissement chez des sociétés japonaises en difficultés financière. Le fonds basé à San Francisco a participé au financement de trois entreprises japonaises en l’espace de quatre ans.

En avril 2019, ValueAct a acheté ses premières actions chez la société japonaise de jeux vidéo Nintendo. En février et mars 2020, ValueAct a eu l’occasion de renforcer sa participation dans l’entreprise, jusqu’à acquérir environ 2,6 millions d’actions, soit environ 2% des parts de Nintendo. 

Dans la lettre rapportée par Reuters, ValueAct affirme que Nintendo possède un grand potentiel de croissance, notamment en devenant une entreprise de divertissement à une plus grande échelle grâce à la Switch, sa dernière console. « Nous pensons que Nintendo sera l’un des plus grands services de divertissements numériques au monde, dans une catégorie où figurent des sociétés comme Netflix, Disney+, Tencent Interactive Entertainment et Apple Music », indique la lettre. 

Pénurie de Switch

Par ailleurs, ValueAct mentionne l’intérêt pour Nintendo de bénéficier de son expérience. En effet, les partenaires de ValueAct siègent au conseil d’administrations de grandes entreprises, à l’instar de Microsoft ou d’Adobe. Cependant, le fonds d’investissement n’exprime pas pour autant l’ambition de siéger chez au conseil d’administration du pionnier japonais des jeux vidéo.

En raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, Nintendo a annoncé des retards de production de la Switch qui est assemblée en grande partie en Chine et fait actuellement face à une pénurie.

Nintendo n’est pas la première société japonaise en difficultés à être ciblée par des investisseurs américains. L’année dernière, le fonds spéculatif new-yorkais Third Point a investi 1,5 milliard de dollars dans Sony. L’investisseur a estimé que le groupe japonais d’électronique devait séparer ses activités de divertissement de son activité de semi-conducteurs.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Nintendo n’est pas du tout, mais alors PAS DU TOUT en difficultés financières (CF les résultats 2018-2019 et/ou les résultats du 1er semestre 2019-2020) et même : en ce moment la Switch et certains jeux se vendent, dans le monde, de façon indécente grâce au confinement mondial (Animal Crossing, notamment) !

    https://www.cnetfrance.fr/news/les-ventes-us-de-nintendo-switch-auraient-double-en-mars-39902591.htm

    https://www.p-nintendo.com/articles/dossiers/resultats-semestriels-2019-2020-de-nintendo-au-30-septembre-2019-254265

    https://vl-media.fr/resultats-financiers-nintendo-confirme-tendance/

    Que l’entreprise ait un potentiel de croissance important, comme le dit ValueAct, certainement, mais ça ne veux pas dire pour autant que Nintendo soit en difficulté. C’est plutot même le contraire. Si une entreprise j’aponaise à la forme en ce moment, (et depuis la sortie de la Switch en mars 2017, en fait), c’est bien Nintendo.

    D’ailleurs les investisseurs ne s’y trompent pas : depuis le 3 mars 2017 l’action à juste doublé, passant de 22000 à 44000 yens.

Bouton retour en haut de la page
Nintendo
ValueAct veut miser 1,1 milliard de dollars sur Nintendo pour concurrencer Netflix et Apple Music
Syntec Numérique
Syntec Numérique et TECH IN France fusionnent pour devenir l’organisation de référence de la Tech
[Evénement Virtuel] Les Nouveaux enjeux de la Digital Workplace & du Travail Hybride
Cédric O nous dévoile la seconde édition du French Tech Community Fund
Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital
IA: Accenture fait concourir son voilier sans pilote au Vendée Globe virtuel
carrefour
La Cnil condamne Carrefour à une amende de 3 millions d’euros pour manquements au RGPD