ActualitéTech

Voitures autonomes : Anthony Levandowski doit verser 179 millions de dollars à Google

Anthony Levandowski, l’ancien ingénieur de Google et d’Uber sur les voitures autonomes, doit verser 179 millions de dollars à Google. Anthony Levandowski, qui était un ingénieur clé dans le projet de conduite autonome de Google, et son collègue Lior Ron se sont livrés à un acte de concurrence déloyale et ont violé leurs obligations légales en créant une entreprise rivale et en faisant venir des employés de Google, a décidé un comité d’arbitrage en décembre. Anthony Levandowski se voyait dans l’obligation de verser 127 millions de dollars mais il a choisi de faire appel. Une procédure qui vient d’être rejetée par un Tribunal de San Francisco, augmentant le montant à 179 millions de dollars.

Anthony Levandowski ouvre un dossier de mise en faillite

Anthony Levandowski a alors déposé, ce mercredi, un dossier de mise en faillite, déclarant qu’il disposait de 50 à 100 millions de dollars d’actifs personnels contre 100 à 500 millions de dollars de passif, ce qui ne serait pas suffisant pour payer les dommages à Google. Il s’est cependant placé sous la protection du chapitre XI de la loi américaine lui permettant de continuer à négocier ses dettes. Mais ce montant devra possiblement être payé par Uber car son contrat de travail l’indiquait indemnisé même si Anthony Levandowski a été licencié par Uber en 2017. Uber a laissé la question ouverte : « Bien qu’Uber et Anthony Levandowski soient partis sur un accord d’indemnisation, la question de savoir si Uber est responsable de cette indemnisation fait l’objet d’un différend entre la société et Anthony Levandowski », a déclaré Uber.

Ajoutant à la pression, en août dernier, les procureurs fédéraux l’ont inculpé de 33 chefs d’accusation de vol et de tentative de vol de secrets commerciaux sur Google. Cette affaire est toujours ouverte. Anthony Levandowski a nié tout acte répréhensible et il a embauché des avocats de haut vol pour tenter d’éviter une condamnation lors d’un procès l’année prochaine qui pourrait le renvoyer en prison.

Un accord à l’amiable pour Uber et Google

En 2016, après neuf ans au sein de Waymo, la filiale de Google spécialisée dans les voitures autonomes, Anthony Levandowski était parti pour monter sa propre start-up Otto, spécialisée dans les camions autonomes. Otto a été rachetée par Uber seulement six mois plus tard pour 600 millions de dollars. Google a alors porté plainte contre Uber en accusant Anthony Levandowski d’avoir « téléchargé plus de 14.000 fichiers » confidentiels. Google suspectait Uber d’avoir tout manigancé et que le rachat d’Otto était prévu dès le départ afin de récupérer les secrets industriels liés aux voitures autonomes. Google et Uber avaient alors accepté que le litige soit réglé via une procédure d’arbitrage et non par un procès public.

Uber et Waymo sont arrivés, en février 2018, à un accord à l’amiable. Uber a accordé à Waymo l’équivalent de 244,8 millions de dollars en actions, soit 0,34 % du capital sur la base d’une valorisation totale de l’entreprise de 72 milliards de dollars. Le cofondeur d’Otto, Lior Ron, a quant à lui accepté la sentence du paiement 9,7 millions de dollars à Google en décembre mais Waymo a confirmé qu’Uber avait payé le montant total que Lior Ron devait.

Tags

Laetitia Lienhard

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Voitures autonomes : Anthony Levandowski doit verser 179 millions de dollars à Google
Digital Virgo rachète DOCOMO Digital Solutions pour asseoir son expansion internationale
Cloud: Paris et Berlin s’allient « pour une infrastructure européenne de données »
Taxe Gafa: la France maintient son projet malgré les menaces américaines
Focus sur RideFlux, la startup sud-coréenne qui s’attaque aux géants des voitures autonomes
La lessive par abonnement Spring lève 2,1 millions d’euros pour développer son offre
Gojek: après Google, la licorne indonésienne accueille Facebook et Paypal à son capital
Copy link