ActualitéAmérique du nordBusiness

WeWork étend son offre de services avec l’acquisition de Managed by Q

WeWork, devenu The We Company plus tôt cette année, étend encore davantage son offre au-delà de la simple mise à disposition de bureaux et d’espaces de coworking. Le géant américain, valorisé depuis janvier à 47 milliards de dollars après un investissement de 2 milliards de dollars de Softbank, a signé l’acquisition de Managed by Q, plateforme d’offre de services par abonnement ou à la demande. L’offre de l’entreprise fondée en 2014 inclut la mise à disposition d’équipes de nettoyage, de maintenance, de réapprovisionnement de fournitures, de « bien-être », mais aussi de personnel administratif ou informatique. Le fondateur de la société Dan Teran continuera à en piloter le développement et l’expansion.

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais selon le Wall Street Journal, l’opération s’est effectuée en espèces et en actions, et la valorisation de Managed by Q atteignait 249 millions de dollars au début de l’année. En janvier, l’entreprise basée à New York, comme The We Company, avait levé 25 millions de dollars en Série C auprès de GV (ex-Google Ventures, la branche de capital-risque d’Alphabet) et RRE Ventures. En 2016, le spécialiste des services de bureaux avait réuni 55 millions de dollars, déjà auprès de GV, mais aussi de Kapor Capital. Au total, Managed by Q a levé 97,4 millions de dollars auprès d’investisseurs qui incluent également Homebrew. La société pourra continuer à proposer ses services à d’autres clients que ceux de The We Company. Elle a par ailleurs réalisé elle-même deux acquisitions : NVS en juin 2018, et Hivy en septembre 2017.

Atteindre des entreprises de plus grande taille

Ce rachat pourrait permettre à The We Company de s’étendre à des entreprises de plus grande taille, qui constituent la base de clientèle (dont Slack ou Greenhouse Software) de Managed by Q. Le géant américain du coworking s’était jusqu’ici concentré sur des entreprises de petite taille dans le but d’accroître sa propre clientèle. Du côté de Managed by Q, l’opération lui permettra d’investir d’autres marchés américains, après New York, San Francisco, Los Angeles, Chicago, Boston et la Silicon Valley.

The We Company a étoffé son offre avec plusieurs autres acquisitions ces deux dernières années : la plateforme d’analyse d’espace Euclid en février dernier, le spécialiste des outils de gestion d’espaces de travail Teem en septembre 2018 pour 100 millions de dollars, la start-up dédiée à l’éducation MissionU en mai 2018, le concurrent chinois Naked Hub en avril 2018 pour 400 millions de dollars, ou encore Meetup, plateforme dédiée à la création de rassemblements à partir d’un intérêt commun, en novembre 2017. Plus récemment, The We Company a également lancé un programme d’accélération destiné faire décoller les pépites de la FoodTech, ou encore une fonctionnalité baptisée WeWork Go, application qui permet aux utilisateurs de vérifier en temps réel la disponibilité des bureaux avant de s’y rendre.

En début d’année, Softbank, investisseur principal de The We Company, avait revu ses ambitions à la baisse pour l’entreprise. Le conglomérat japonais envisageait initialement d’investir 16 milliards de dollars dans l’entreprise new-yorkaise. Ce sera finalement 2 milliards.The We Company en restait néanmoins la quatrième licorne la mieux valorisée au monde, derrière le Chinois Toutiao (75 milliards de dollars) et les plateformes de VTC Uber et Didi Chuxing (72 et 56 milliards de dollars), mais devant Airbnb (29,3 milliards de dollars). A travers le monde, l’Italien Talent Garden, l’Américain Convene, l’Israélien Mindspace, ou encore le Français Wojo tentent de rivaliser avec The We Company sur le terrain du coworking.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
WeWork étend son offre de services avec l’acquisition de Managed by Q
Comment va évoluer la consommation des médias entre 2020 et 2025?
La startup britannique Healx lève 56 millions de dollars pour lutter contre les maladies rares
Le Royaume-Uni déclenche une enquête sur l’entrée d’Amazon dans Deliveroo
[DECODE] Que disent les acquisitions de Google (Alphabet) sur sa stratégie?
1789, CCMSA, Groupe Retif : focus sur les offres d’emploi du jour
Supprimer la main d’oeuvre, prochaine étape de la micromobilité?
Copy link