Actualité

[3 questions à…] Benjamin des Gachons / Pourquoi Change.org a séduit 1 million de Français?

Lancée aux États-Unis en février 2007, Change.org se présente comme la plateforme mondiale des pétitions. Déclinée en France depuis mars dernier, elle revendique aujourd’hui avoir dépassé le million d’utilisateurs. A l’échelle mondiale, Change.org aurait déjà séduit plus de 30M d’internautes qui auraient mis en ligne un total de 470 000 pétitions. Présente dans 196 pays, Change.org n’hésite pas à se qualifier de « réseau social ». Frenchweb revient, en trois questions, sur cet engouement avec Benjamin des Gachons, Directeur des campagnes en France.

change.org

[FW] Quelle est la mission principale de Change.org?

Benjamin des Gachons: « La mission de Change.org est de donner à toute personne le pouvoir de créer le changement qu’elle souhaite voir. Pour réaliser cette mission, notre plateforme offre à toutes et tous des outils technologiques qui leur permettent de mobiliser via le web et de faire aboutir leur pétition sur les causes qui leur tiennent à coeur. Nous offrons également des conseils aux lanceurs de pétitions, individus ou associations, pour déployer une stratégie de campagne autour de leur appel et pour faire connaître leur combat auprès des médias. Nous sommes en quelque sorte un mégaphone pour l’action citoyenne.

Et ça marche: chaque jour, nous recensons des pétitions victorieuses sur Change.org sur des sujets très divers; comme par exemple celle du jeune escrimeur Benoît Coulon ayant conduit France Télévisions à revoir sa grille de programme pour donner plus de visibilité aux Jeux Paralympiques l’été dernier. Ce matin même, on découvre que le centre commercial SoOuest décide de mettre fin aux nuisances nocturnes de son enseigne lumineuse, après intervention de la mairie de Levallois-Perret, qui avait été justement alertée par une pétition de riverains sur Change.org. Ces quelques exemples montrent que du très local au national, notre plateforme donne les outils pour que le changement devienne accessible à tous, qu’il fasse partie du quotidien. »

[FW] Vous associez Change.org à un réseau social. Pourquoi?

Benjamin des Gachons: « On retrouve sur Change.org les caractéristiques propres aux réseaux sociaux; outils web qui permettent de connecter les utilisateurs entre eux, autour d’intérêts communs. Alors que certains prennent la forme de journal personnel (Facebook) ou de CVs virtuels (LinkedIn), la plateforme Change.org permet de mobiliser autour de causes communes. Ainsi, chaque utilisateur dispose d’un profil à partir duquel il peut envoyer des messages à d’autres utilisateurs Change.org à propos des pétitions qu’il a lancées. Il peut étendre son cercle d’amis, mettre en avant les causes qui l’intéressent le plus et les associations dont il a soutenu les campagnes via la plateforme. Les destinataires ciblés dans une pétition reçoivent également des alertes en temps réel avec le nombre de signatures et les commentaires des signataires.

Aussi, Change.org est devenu le prolongement naturel de réseaux sociaux comme Facebook. Il y a quelques jours, des Marseillais indignés par la subvention de 400 000 euros allouée par la ville de Marseille à un concert payant de David Guetta, lançaient un groupe Facebook Anti Subvention 23 juin comptant 30 000 membres. Peu de temps après, un membre du groupe lançait une pétition sur Change.org “pour rendre la démarche plus officielle”. La pétition a dépassé les 32 000 signataires, fait les gros titres de la presse régionale et nationale, et a permis au groupe de s’adresser directement aux autorités locales.
Enfin comme les autres réseaux sociaux, Change.org est un réseau ouvert: tout le monde peut lancer sa pétition, publier son témoignage et créer le buzz autour de sa cause, quelle qu’elle soit. »

[FW] Comment expliquer l’engouement pour cette plateforme, notamment en France?

Benjamin des Gachons: « La pétition, c’est une tradition en France. Aussi, lorsque nous avons lancé la version française de la plateforme en mars 2012, la question de la valeur ajoutée de notre outil s’est en effet posée car plusieurs autres sites de pétitions existaient déjà en France à l’époque. L’engouement pour Change.org s’explique finalement assez facilement, car Change.org n’est pas simplement un site de publication de pétitions. Grâce à nos outils de pointe et nos conseils, les pétitionnaires ont la possibilité de transformer des moments en mouvements, de passer d’un combat individuel à une cause collective, parfois très rapidement et avec beaucoup d’impact.

Comme d’autres réseaux sociaux, notre site est un outil très intuitif et facile d’utilisation. Pour lancer une pétition sur Change.org, il suffit de remplir trois champs (ce qu’on demande, à qui, et pourquoi), et l’utilisateur a tout de suite accès à des outils de diffusion et des conseils pour faire connaître son appel. Change.org est par ailleurs au coeur de l’écosystème de l’innovation web, avec une importante équipe de développeurs dans la Silicon Valley qui apportent des améliorations et proposent de nouvelles fonctionnalités au quotidien.

Change.org répond aussi à un réel appétit des Français pour les nouveaux outils technologiques comme le récent essor de Twitter ou de plateformes de crowdfunding en témoignent. Aussi, Change.org s’inscrit dans cette logique du « contenu généré par les utilisateurs » qui est particulièrement apprécié : les internautes ne font pas que réagir à l’actualité, ils peuvent la créer. C’est aussi pour cela que la plateforme Change.org connaît un succès au niveau mondial et un développement rapide dans des pays aux usages web et cultures très diversifiés. Il y a quelques mois, dans un blog intitulé “5 moyens utilisés par les internautes indiens pour défendre la liberté d’expression”, le New York Times plaçait Change.org au premier rang de sa liste.

Ainsi, de l’Inde à la France, Change.org est devenu en un an le réseau social d’action qui compte, un laboratoire des nouvelles formes de mobilisations citoyennes. »

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Un petit mot sur l’influence de Soros et ses financements? Les petitions c’est bon pour les crétins qui croient qu’on change le monde avec des bouts de papiers…

[3 questions à…] Benjamin des Gachons / Pourquoi Change.org a séduit 1 million de Français?
DECODE Retail avec Carole Juge-Llewellyn, Fondatrice de Joone
Pourquoi Mark Zuckerberg veut fusionner Facebook avec Instagram et WhatsApp
Index Ventures : « Les startups européennes retardent leur développement aux États-Unis » 
Soraya Jaber : « Je ne me sentais pas légitime en tant que femme CEO aussi jeune »
L’État lance un fonds pour inciter les Français à investir dans des PME et startups
Le PDG de Spotify investit dans la licorne européenne Northvolt