ActualitéEdTechHealthcareIndustrie

7 chiffres qui montrent que le digital est vecteur de progrès

Une technologie digitale (à l’image d’un réseau mobile) est adoptée 23 fois plus vite qu’une solution de communication traditionnelle (comme un réseau électrique), selon un récent rapport réalisé par la Golbal e-sustainability Initiative (GeSI) et Accenture, «How digital solutions will drive progress towards the sustainable development goals».

Où en serons-nous en 2030, si les Etats parviennent à tirer pleinement partie des outils digitaux à leur disposition? C'est pour répondre à cette question que les auteurs de l’étude ont cherché à comprendre quel impact le digital pourrait avoir sur les dix-sept objectifs de développement durable que se sont fixées les Nations Unies en septembre dernier. Création de richesse, accès aux soins, enseignement, l'étude balaie un large champs de problématiques de société auxquelles le digital peut apporter une réponse. 

Un accès aux soins quasi universel grâce à la e-santé

  • gesi-graphLe digital permettrait de générer jusqu’à 9 000 milliards de dollars de revenus additionnels ou d’économies de coûts pour les entreprises à l’échelle mondiale. Plus précisément, ce sont 2 100 milliards de dollars de revenus additionnels qui pourraient être générés par an grâce au digital (voir le graphique ci-contre). 

  • Le smart manufacturing et les solutions digitales appliquées à la logistique devraient en particulier se traduire par des externalités positives estimées à 982 millions de dollars par les auteurs de l’étude.

  • Appliqué à la problématique de l’apprentissage et de la formation, le digital permettra d’économiser jusqu’à 1 200 milliards de dollars de coûts à la fois aux gouvernements et aux étudiants. Au total, ce sont 450 millions de diplômes en e-learning qui devraient être délivrés en 2030.

  • Autre impact positif sur l’économie mondiale: en investissant massivement pour améliorer la qualité de la bande passante dans les économies émergentes, près de 12% de leurs PIB pourraient être maintenus.

  • En termes d’accès aux soins, 1,6 milliards de personnes pourraient avoir accès à des solutions de e-santé d’ici 15 ans. Cela permettrait pratiquement d’atteindre les objectifs de couverture universelle fixés par les Nations Unies. Ces solutions de e-santé pourraient générer des revenus de l’ordre de 200 milliards de dollars supplémentaires dans le secteur de la santé.

  • Une utilisation adaptée des outils digitaux permettrait également de diminuer notre empreinte écologique: une baisse des émissions de CO2 de 12,1 gigatonnes à l’échelle mondiale (-20% par rapport à aujourd’hui), mais aussi une économie de 330 000 milliards de litres d’eau (15% de la consommation actuelle) et de 25 milliards de barils de pétrole par an (-70% par rapport à la consommation actuelle).

  • Enfin, l’utilisation de véhicules connectés permettrait de sauver 720 000 vies sur les routes, en faisant diminuer de 60% les accidents selon les auteurs du rapport.

 

VOIR l'étude complète: 

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits

2 commentaires

  1. Le digital est vecteur de progrès depuis des milliers d’années. Qu’aurait-on fait sans nos doigts?

    1. Oui, toujours cette fâcheuse habitude de s’approprier des termes anglais qui ont, dans notre langue, une toute autre signification… Le numérique attend toujours d’être utilisé, mais le digital est bien plus sexy…

Bouton retour en haut de la page
7 chiffres qui montrent que le digital est vecteur de progrès
Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
[Série D] Exotec lève 335 millions de dollars pour devenir la première licorne industrielle française
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies