ActualitéBusinessHR TechTech

A la rencontre de Julien Codorniou, vice-président de Workplace from Facebook, basé à Londres

Qui sont ces Français qui séduisent les grandes entreprises Tech à l'étranger?

Suite de notre série sur les Français qui séduisent les grandes entreprises Tech à l’étranger avec Julien Codorniou, vice-président de Workplace from Facebook, dont nous vous proposons de découvrir le parcours.

Inès Le Bihan, Lead Industrial Designer, Facebook Reality Labs, Julien Codorniou, vice-président de Workplace from Facebook, Julie Ceccaldi, Global Head of Brand Marketing, Platforms & Ecosystem, Google, Thomas Gayno, Product Director, Google Workspace, Michel Meyer, Technical Program Manager, Facebook.

Lorsqu’il finit ses études à Skema Business School en 2002, Julien Codorniou commence sa carrière dans la finance, notamment comme Financial Auditor pour EY. Pourtant à l’époque l’entreprise qui le fait rêver est Microsoft. «Mais je n’avais pas trouvé la bonne porte d’entrée», explique-t-il. Pour y remédier, il écrit un livre.

Les années Microsoft

En 2005 paraît ainsi l’ouvrage « Ils ont réussi leur start-up! La success story de Kelkoo ». «Kelkoo était à l’époque la première grosse acquisition de l’Internet en France et en Europe après la période compliquée de 2001. Et Microsoft cherchait quelqu’un pour reconnecter l’entreprise à l’écosystème de l’entrepreneuriat et du capital-risque. C’est comme cela que je suis entré dans la boîte en France en 2005. Ensuite, ils m’ont envoyé aux Etats-Unis, à Seattle, en 2008 pour déployer mondialement un programme qu’on avait créé dans l’Hexagone». Il s’agit du fameux dispositif appelé BizSpark qui permet alors à Microsoft de soutenir des startups.

La progression de Julien Codorniou au sein du géant de Redmond est rapide. Dès 2010, il occupe le poste de Director of Business Development and Partnerships. «Les grandes entreprises américaines n’hésitent pas à confier très vite des opportunités aux personnes qui commencent à présenter des signaux de succès ou en tout cas de bon travail. Dès qu’elles voient que quelque chose fonctionne, elles vont le ‘scaler’ au maximum. Et cela est aussi vrai avec les talents individuels».

Alors qu’il est aujourd’hui possible dans la Tech d’évoluer dans un univers international en travaillant depuis la France, cela fait-il toujours autant la différence de partir à l’étranger?

Listen to « Partir à l’étranger pour construire sa carrière, cela fait-il toujours autant la différence? » on Spreaker.

La différence entre mentors et sponsors

En 2011, plusieurs personnes qu’il considère comme des mentors quittent leur emploi pour Facebook qui est en train de prendre de plus en plus d’ampleur. Intrigué, Julien Codorniou s’intéresse de plus près au réseau social et décide d’emprunter le même chemin. Il rejoint alors le réseau social de Mark Zuckerberg comme Director Global Platform Partnerships où il est chargé de construire l’écosystème mondial de développeurs et de partenaires de Facebook (gaming, consommateurs).

Julien Codorniou insiste sur l’importance des mentors, et des sponsors, pour construire sa carrière, en particulier dans le système américain. «J’ai la chance de toujours avoir eu à la fois des mentors et des sponsors. Ce sont des personnes qui veillent à votre carrière ‘quand vous n’êtes pas dans la salle’, comme on dit. Elles m’ont aidé à grandir ou m’ont donné des opportunités en partageant leur réseau avec moi pour que cela aille plus vite».

Mais quelle est la différence entre un mentor et un sponsor? «Le mentor peut être quelqu’un qui travaille dans une autre entreprise, qui est un peu comme un coach. Le sponsor exerce lui dans la même entreprise, au sein de votre direction, et s’occupe de votre carrière. Il fait en sorte que lors des réunions, notamment de promotion, vous soyez toujours bien placé. C’est important d’avoir les deux».

Qui considère-t-il comme ses mentors ou sponsors?

Parmi ses mentors, Julien Codorniou cite Deborah Liu, actuellement CEO d’Ancestry, la fameuse entreprise américaine spécialisée dans la généalogie. Avant sa nomination cette année, elle a notamment passé près de 12 ans chez Facebook, entre autres au poste de Vice President, Facebook App Commerce. Il mentionne également Alex Schultz, VP Analytics et CMO pour Facebook où il évolue depuis bientôt 14 ans. Il cite aussi Nicola Mendelsohn, connue pour être la vice-présidente Europe, Moyen-Orient et Afrique de Facebook depuis 2013. Il ajoute également l’entrepreneur français Pierre Chappaz, à l’origine de Kelkoo mais aussi de Wikio ou encore du succès de Teads.

Du côté des sponsors, le vice-président de Workplace from Facebook cite Marc Jalabert, aujourd’hui Partner pour Acequia Capital. Avant cela, il a notamment passé près de 21 ans au sein de Microsoft- où il a été le supérieur hiérarchique de Julien Codorniou- entre autres au poste de General Manager Marketing & Operations. Ce dernier mentionne également Dan Rose, aujourd’hui Chairman pour Coatue Ventures. Avant cela, il a passé près de 13 ans chez Facebook comme Vice President Partnerships.

Le déploiement de Workplace from Facebook

En 2016, alors qu’il s’occupe des partenariats dans le monde depuis Londres pour Facebook, l’entreprise lui demande de développer en vue de la commercialiser une solution qui n’est alors qu’utilisée en interne sous le nom de Facebook at Work. Le produit est justement développé dans la capitale britannique. De plus, Julien Codorniou a derrière lui plusieurs années d’expérience au sein d’une entreprise de software à succès: Microsoft. «J’étais au bon endroit au bon moment et j’avais la bonne expérience pour voir si ce projet avait une chance de marcher ou pas», développe-t-il.

Il s’agit d’un réel challenge. «Nous étions persuadés d’avoir un super produit mais nous ne savions pas s’il allait marcher pour les autres entreprises. Il a fallu apprendre un nouveau playbook, recruter des personnes qui venaient de cet horizon, comprendre le go to market du SaaS, la différence entre développer du software pour le B to C et le B to B…. Cela a été toute une gymnastique interne», décrit Julien Codorniou.

Une méthode qui a fonctionné puisque Workplace from Facebook compte aujourd’hui 7 millions d’utilisateurs. Tandis que Julien Codorniou va bientôt fêter ses 11 ans au sein du réseau social aux 2,85 milliards d’utilisateurs actifs mensuels dans le monde, et peut déjà se retourner sur 16 années passées dans la Tech.

Les conseils clés pour se construire une carrière internationale et pourquoi la «marque France» a la cote

Listen to « Les conseils clés pour se construire une carrière à l’international » on Spreaker.

Le parcours de Julien Codorniou en 7 dates clés
2002: Diplômé d’un master en Finance de Skema Business School
2005: Publication de l’ouvrage "Ils ont réussi leur start-up! La success story de Kelkoo»
2005: Début chez Microsoft comme Business Development Manager
2008: Microsoft l’envoie à Seattle pour développer mondialement le programme BizSpark
2010: Il prend le rôle de Director of Business Development and Partnerships pour Microsoft
2011: Il fait son entrée chez Facebook comme Director, Global Platflorm Partnerships
2016: Nomination comme vice-président, Workplace from Facebook à Londres

A lire aussi :
Inès Le Bihan, Lead Industrial Designer, Facebook Reality Labs
Olivier Poitrey, Director of Engineering pour Netflix
Thomas Gayno, Product Director pour Google Workspace

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
A la rencontre de Julien Codorniou, vice-président de Workplace from Facebook, basé à Londres
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État
Live shopping: qui est Whatnot, la nouvelle licorne californienne financée par Google, a16z et Y Combinator?
Données personnelles: la Cnil s’attend à deux fois plus de cas de violation en 2021
Mobilité : Sharelock lève 4 millions d’euros auprès de Breega
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence