BusinessTech

A la rencontre de Thomas Gayno, Product Director pour Google Workspace, basé à New York

Qui sont ces Français qui séduisent les grandes entreprises Tech à l'étranger?

Suite de notre série sur les Français qui séduisent les grandes entreprises Tech à l’étranger avec Thomas Gayno, Product Director pour Google Workspace, et dont nous vous proposons de découvrir le parcours.

Inès Le Bihan, Lead Industrial Designer, Facebook Reality Labs, Julien Codorniou, vice-président de Workplace from Facebook, Julie Ceccaldi, Global Head of Brand Marketing, Platforms & Ecosystem, Google, Thomas Gayno, Product Director, Google Workspace, Michel Meyer, Technical Program Manager, Facebook.

A la suite d’un stage au sein d’Expedia et de la fin de ses études à l’EM Lyon en 2006, Thomas Gayno décide de contacter les grandes entreprises Tech qui ont un bureau en France avec l’envie d’y travailler. Google, Yahoo! ou encore Microsoft sont alors approchés. «J’avais développé une passion pour la Tech pendant mon école de commerce», explique ce dernier.

De Google à l’entrepreneuriat avec Cord Project

C’est comme cela que la même année, il fait son entrée chez Google comme Product Marketing Manager à Paris. «Je me souviens que j’avais passé près d’une dizaine d’entretiens et rencontré plusieurs salariés américains. Google regardait de très près la qualité du recrutement dans ses bureaux européens au point de faire venir des employés seniors des Etats-Unis pour effectuer les entretiens. J’avais eu d’excellentes conversations et apprécié le processus», se remémore Thomas Gayno.

Deux ans après, il rejoint une autre entité du groupe, YouTube, comme Head of Marketing. Cela fait alors trois ans qu’il évolue au sein du géant américain et lui qui a toujours rêvé de travailler à l’étranger, et en particulier à New York, va se saisir d’une opportunité. «Une équipe appelée Creative Lab s’est créée en 2008. Cela correspondait exactement à ce que je voulais faire, c’est-à-dire travailler sur des sujets très créatifs et innovants à l’intersection du marketing et du produit. J’ai fait ce que je pouvais pour attirer leur attention. Un rôle s’est ouvert, j’ai passé des entretiens et j’ai été pris», résume Thomas Gayno. Il dirige alors des équipes de responsables marketing, de concepteurs et d’ingénieurs pour lancer des projets de conception de produits et de stratégie de marque.

Comment fait-on pour attirer l’attention dans une structure comme Google?

«Comme je travaillais au marketing, j’avais un certain nombre de projets en cours. J’ai cherché à communiquer sur ces projets et j’ai fait en sorte que l’équipe Creative Lab  puisse voir ce que je faisais avec mon équipe à Paris.

Il y a aussi toujours chez Google, et dans la plupart des grandes boîtes Tech, une grande forme d’ouverture entre les leaders et les employés. J’ai donc aussi tout simplement pris contact avec eux. Je leur ai expliqué que j’aimerais les rencontrer pour me présenter, bien comprendre ce que fait leur équipe et leurs besoins.

A l’époque, il y avait aussi souvent des opportunités de voyages. Ce que l’on appelle des ‘off-sites’. Ce sont des moments où les équipes se rejoignent dans différents bureaux ou destinations. Ce sont toujours de superbes opportunités d’étendre son réseau, de prendre contact, de se faire connaître», explique Thomas Gayno.

Une aventure qu’il quitte au bout de près de cinq ans pour créer sa propre société avec Jeff Baxter, ami américain rencontré chez Google. Ils donnent naissance à Cord Project, une plateforme de communication vocale, à New York en 2014. Le service permettait notamment d’envoyer de courts messages vocaux, de 12 secondes, entre mobiles. L’idée était également de se servir de cette technologie dans le cadre des objets connectés afin de pouvoir communiquer, à la voix, avec ces derniers, la plupart étant démunis d’interface avec un clavier.

A la tête d’une équipe qu’il fait passer de 7 à 100 personnes chez Spotify

Mais monter de tels services s’avère plus compliqué que prévu, et la startup est finalement rachetée par Spotify en 2016. «L’entreprise nous a proposé de monter une équipe de croissance et d’innovation pour elle. Comme c’était dans le domaine de l’audio, c’était parfait pour nous», se souvient Thomas Gayno, qui explique avoir également «toujours eu une passion pour la musique». En cinq ans, il va voir son rôle au sein de Spotify gagner en envergure en même temps que son équipe. «Il y avait un côté entrepreneurial car je créais une nouvelle équipe à partir de celle que j’avais emmenée avec moi», détaille-t-il.

De sept personnes à son arrivée, il fait grossir l’équipe qui en comptera plus de cent lors de son départ en juin 2021. Le rôle de cette équipe est alors d’aider Spotify à faire grossir son audience et le temps passé dans l’application.

Parmi les produits phares qu’elle va développer, on retrouve «Wrapped». Il s’agit de la fameuse retrospective proposée en fin d’année par le Suédois et qui permet aux utilisateurs de voir les chansons et artistes les plus écoutés au cours de l’année. «C’était un site Web qui était fait sur le côté et un peu difficile d’accès, même s’il était déjà très apprécié. Nous l’avons largement étoffé et ramené dans l’application, avec un système de partage. Ce qui a permis aux utilisateurs, depuis Spotify, de pouvoir partager leur retrospective sur Instagram, en stories, ou encore sur Snapchat. C’est devenu pour Spotify le plus gros jour de buzz et de croissance».

Wrapped, l'un des plus gros succès marketing de Spotify
En 2020, à la suite de la sortie de la rétrospective Wrapped:
- 24 heures après son lancement, la campagne a dépassé le nombre total d'engagements pour l'ensemble de l'année 2019.
- 90 millions d'utilisateurs ont interagi avec le contenu de Wrapped (60 millions en 2019).
- La campagne a généré 50 millions de partages des stories et images Wrapped.
Source: Spotify

Le retour chez Google avec un nouveau challenge

Après plus de cinq ans au sein de Spotify, Thomas Gayno a envie d’un autre challenge. C’est auprès d’une entreprise avec laquelle il a déjà collaboré, Google, qu’il va le trouver. Depuis mi-2021, il est Product Director pour Google Workspace, la suite d’outils et de logiciels de productivité développée par le géant de Mountain View. «Beaucoup de sociétés utilisent cette solution pour améliorer la productivité de leurs employés et choisissent une version payante en fonction de leur taille. Mon rôle est d’aider Google Workspace à grossir en amenant de nouveaux utilisateurs et en faisant en sorte qu’ils soient satisfaits».

Finalement, rien ne semble freiner les possibilités d’un employé français dans ces entreprises américaines. «Une fois que le visa n’est plus un problème – j’ai la Green Card depuis 2012- le fait d’être français est un non sujet.  C’est un pays qui s’est construit- et encore récemment à notre échelle européenne- sur de l’immigration», résume Thomas Gayno.

Le parcours de Thomas Gayno en 7 dates clés

2006: Diplômé de l’EM Lyon avec un Master of Science, Business Administration and Management.
2006: Entrée chez Google comme Product Marketing Manager en France.
2008: Il devient Head of Marketing pour YouTube.
2009: Nommé Team Lead pour l’équipe Creative Lab  de Google et installation à New York.
2014: Co-fonde sa startup: Cord Project.
2016: Après le rachat de sa startup par Spotify, il rejoint le Suédois comme Senior Product Manager. Il ira jusqu’au poste de Senior Director of Product- Growth & Innovation.
2021: Retour chez Google comme Product Director pour Google Workspace, toujours à New York.

A lire aussi:
Inès Le Bihan, Lead Industrial Designer, Facebook Reality Labs
Olivier Poitrey, Director of Engineering pour Netflix
Julien Codorniou, vice-président de Workplace from Facebook

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
A la rencontre de Thomas Gayno, Product Director pour Google Workspace, basé à New York
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État
Live shopping: qui est Whatnot, la nouvelle licorne californienne financée par Google, a16z et Y Combinator?
Données personnelles: la Cnil s’attend à deux fois plus de cas de violation en 2021
Mobilité : Sharelock lève 4 millions d’euros auprès de Breega
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence