ActualitéBusinessFoodTechTransport

À l’approche de sa fusion avec Postmates, Uber pourrait atteindre la rentabilité

Lorsque le géant américain des VTC Uber a annoncé le rachat du service de livraisons Postmates pour 2,65 milliards de dollars en juillet 2020, il espérait non seulement remonter la pente après la crise sanitaire et économique mondiale mais aussi atteindre enfin la rentabilité. Vendredi, Uber a dévoilé les données financières de Postmates auprès de la SEC (Securities and Exchange Commission) pour le trimestre se terminant le 30 juin. La startup californienne de livraison à domicile revendique des chiffres très encourageant à une période ou la crise et les mesures de confinement étaient au plus forts. 

Depuis 2011, Postmates développe un service de livraison à la demande de courses alimentaires et de plats de restaurants, opérant dans 2 940 villes, aux États-Unis et au Mexique. La startup, qui avait accumulé 116 millions de dollars de pertes au deuxième trimestre 2019, revendique cette année seulement 32 millions de dollars de pertes, soit une baisse d’environ 72,4%. À la fin du deuxième trimestre 2020, Postmates détenait une trésorerie de 88 millions de dollars. De même, la startup californienne a engrangé 160 millions de dollars de recettes contre seulement 71,39 millions de dollars l’an passé, toujours selon le document fourni à la SEC. Au cours des six premiers mois de l’année, les recettes ont augmenté de près de 100% par rapport à celles du premier semestre 2019.

À titre de comparaison, UberEats a enregistré une perte de 86 millions de dollars au premier trimestre 2020 et de 232 millions de dollars au deuxième trimestre. Uber envisage d’ores et déjà une progression de Postmates dans les années à venir, avec une prévision de 997 millions de dollars de recettes en 2021, 1 496 millions de dollars en 2023, ainsi qu’un EBITDA de 17 millions de dollars en 2021 et 109 millions de dollars en 2023. La fusion entre Uber et le concurrent d’UberEats n’est cependant pas encore actée puisqu’elle sous le contrôle des autorités anticoncurrentielles. L’accord devrait être finalisé au cours du premier semestre 2021. 

«Beaucoup de confiance»

Le géant américain ambitionne d’atteindre la rentabilité en utilisant le service de livraison de Postmates de façon complémentaire avec celui d’UberEats. En effet, les deux services pourront s’appuyer sur un réseau commun de commerçants et de livreurs, ce qui offrira également aux consommateurs un choix plus vaste de commandes. Les commerçants et les livreurs pourront donc facilement travailler pour les deux services. En outre, Postmates est présent dans des zones géographiques précieuses pour le géant américain, notamment à Los Angeles et dans le Sud-Ouest américain, et entretien des relations de longues durées avec des petits restaurants locaux. 

« Nous sommes très confiants dans notre capacité à atteindre la rentabilité l’année prochaine et nous disposons d’un portefeuille suffisamment diversifié pour faire cette déclaration avec beaucoup de confiance », confiant déjà Dara Khosrowshahi dans une interview à CNBC le 7 juillet 2020, lors du rachat de Postmates. Uber prévoit également de faire des économies en diminuant les dépenses liées à la technologie, la gestion et l’administration en fusionnant les deux services de livraisons. Le géant américain envisage des économies allant jusqu’à environ 200 millions de dollars sur deux ans.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
À l’approche de sa fusion avec Postmates, Uber pourrait atteindre la rentabilité
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 éditeurs de logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?