AcquisitionActualitéBusinessInvestissementsTech

Accenture se renforce dans la cybersécurité avec Openminded

Accenture ajoute une brique à sa division dédiée à la cybersécurité. Le géant du conseil et des services technologiques est en passe de racheter l’entreprise française Openminded, spécialisée dans le conseil et les services de sécurité cloud et infrastructures, la cyberdéfense et les services managés de sécurité. Les modalités financières de l’opération n’ont pas été dévoilées.

Fondé en 2008, Openminded est un cabinet qui accompagne ses clients sur l’ensemble de leurs problématiques en cybersécurité, en les aidant à anticiper et à limiter leurs risques et menaces en ligne, de manière à détecter et répondre rapidement aux cyberattaques qui ne ne cessent de se multiplier. «Nos recherches ont révélé que les cyberattaques pourraient coûter aux entreprises 5,2 milliards de dollars au niveau mondial en coûts supplémentaires et en pertes de revenus au cours des trois prochaines années. Ceci illustre bien la nécessité pour les organisations d’accorder une priorité aux investissements liés à leur cybersécurité», explique Michael Bittan, responsable des activités cybersécurité d’Accenture en France.

100 collaborateurs de plus pour la division Accenture Security

Avec Openminded, Accenture va ainsi pouvoir améliorer son accompagnement auprès de ses clients en matière de cybersécurité. Dans ce sens, les 100 salariés d’Openminded vont ainsi rejoindre les équipes d’Accenture Security, division spécialisée dans ce domaine. Cette dernière compte déjà près de 7 000 collaborateurs à travers le monde. «Notre intention d’acquérir Openminded s’inscrit dans notre stratégie qui vise à apporter à nos clients des services différenciants, de la stratégie à l’implémentation opérationnelle, dans leur marché local. Elle accélérerait notre croissance en France et renforcerait nos compétences en matière de cybersécurité à travers l’Europe», indique Olivier Girard, président d’Accenture France et Benelux.

Outre l’apport technologique et humain, ce rachat va également permettre à Accenture de s’offrir un portefeuille de 120 clients sur le segment de la cybersécurité. En effet, Openminded compte notamment Criteo, Veepee, Engie, Veolia, Total, Auchan, Lacoste ou encore Sanofi parmi ses clients. L’an passé, le cabinet a réalisé un chiffre d’affaires de 19 millions d’euros.

Accenture enchaîne les acquisitions dans la cybersécurité

Il rejoint la liste des entreprises acquises ces derniers mois par Accenture pour renforcer son arsenal dans la cybersécurité. Le groupe a ainsi mis la main en janvier 2020 sur l’activité cybersécurité de Symantec, avant de renforcer ses capacités de cyberdéfense avec les acquisitions de Context Information Security et de Revolutionary Security, respectivement en mars et avril 2020. Accenture a également procédé au rachat de Real Protect en janvier dernier.

Cette croissance externe agressive doit permettre au géant du conseil et des services technologiques de mieux calibrer sa réponse face aux problématiques rencontrées par les entreprises, devenues une cible de prédilection des cybercriminels. Les entreprises font notamment l’objet de cyberattaques au rançongiciel (chiffrement des fichiers de l’entreprise par les pirates, avec exigence d’une rançon pour les rétablir) qui se sont multipliées depuis 2018. Ces attaques sont devenues une activité très lucrative pour les pirates informatiques, car elles sont relativement peu coûteuses à monter au regard du gain espéré avec la rançon.

Bouton retour en haut de la page
Accenture se renforce dans la cybersécurité avec Openminded
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence
discord
Discord lève 500 millions de dollars et double sa valorisation
A la rencontre de Michel Meyer, Technical Program Manager pour Facebook, basé à San Francisco
[Silicon Carne] Creation economy: comment l’industrie de la création fait sa révolution
Picnic lève 600 millions d’euros pour prendre le marché de la livraison à contrepied