ActualitéBusinessDistributionFinTech

Alibaba débourse 880 millions de dollars pour s’emparer de l’Américain MoneyGram

  • L’opération devrait être bouclée au second semestre 2017. 
     
  • MoneyGram revendique 350 000 points de vente dans près de 200 pays à travers le monde.
     
  • Ce rachat permet à Alibaba d’enrichir son offre de services sur Alipay, qui revendique 480 millions d’utilisateurs chinois.

 

Le géant chinois de l’e-commerce Alibaba, par l’intermédiaire de sa filiale financière Ant Financial Services Group, a annoncé l’acquisition de la société américaine MoneyGram, spécialisée dans le transfert d’argent. Le montant de la transaction s’élève à 880 millions de dollars. L’opération devrait être bouclée au second semestre 2017. 

Lancée en 1996, la société basée à Dallas revendique 350 000 points de vente dans près de 200 pays à travers le monde. L'entreprise, qui se place sur le même marché que Western Union, son concurrent, est valorisée à hauteur de 60 milliards de dollars, soit autant qu’American Express. MoneyGram constitue la deuxième acquisition d’Alibaba outre-Atlantique après celle l’an passé d’EyeVerify, une entreprise qui développe une technologie de vérification optique utilisée par les banques américaines. 

Jack Ma promet 1 million d’emplois aux États-Unis 

Ce rachat permet à Alibaba d’enrichir son offre de services pour son application mobile de paiement électronique Alipay, qui revendique 480 millions d’utilisateurs chinois. Cette dernière est concurrencée sur son marché domestique par WeChat, l’application de messagerie instantanée qui permet également de régler ses achats. La filiale du groupe Tencent revendique plus de 800 millions d’utilisateurs en Chine.

L’acquisition de MoneyGram s’inscrit dans un contexte de fortes tensions entre la Chine et les États-Unis dans la mesure où Donald Trump souhaite réévaluer les principales conventions de politique étrangère. 

Le président américain, qui veut privilégier une production «made in America» a notamment menacé d’imposer des tarifs punitifs sur les importations chinoises. Toutefois, Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, a rendu visite à Donald Trump le 10 janvier dernier et s’est même engagé à créer un million d’emplois aux États-Unis au cours des cinq prochaines années.

Lire aussi : 

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This