ActualitéBusinessTech

Avec 34 Elements, Pierre Gaubil veut aider les startups à repenser leur stratégie

Interview de Pierre Gaubil, CEO de 34 Elements

Entrepreneur chevronné de la Tech française avec des start-up comme Cast, Days of Wonder et Sensopia, Pierre Gaubil s’était distingué ces dernières années en mettant sur orbite The Refiners, un programme d’accélération destiné à aider les start-up étrangères à s’installer aux États-Unis, avec Géraldine Le Meur et Carlos Diaz. Fort de son expérience en France et dans la Silicon Valley, il veut continuer à mettre son expertise au service des entrepreneurs. Et c’est dans ce cadre qu’il annonce le lancement de son nouveau projet. Il s’agit de 34 Elements, une académie en ligne pour permettre aux start-up d’avoir une meilleure approche stratégique.

Pour en venir à la création de ce nouveau projet, il est parti d’un constat simple mais sans appel : «L’éducation qu’on donne aux gens pour devenir entrepreneur n’est pas bonne. Elle n’est pas adaptée à notre monde actuel.» Et de cette mauvaise éducation, découle une approche qui n’est pas forcément la bonne au moment de créer et développer sa start-up. «Les entrepreneurs ont un angle extrêmement produit. Ce qui les obsède, c’est de trouver un produit qui justifiera l’existence de leur boîte. Mais une boîte, ce n’est pas un produit. Une boîte, ce sont des gens qui ont une vision», explique-t-il à notre micro. Et de conclure son diagnostic : «En règle générale, les entrepreneurs ne sont pas assez stratégiques. Un CEO, c’est généralement un product manager. Or pour devenir un CEO, il faut avoir une approche stratégique de son entreprise. Et ça aujourd’hui, on ne l’a pas.»

Écoutez notre échange avec Pierre Gaubil pour découvrir son nouveau projet :

«Une start-up doit être comprise de manière holistique»

Pour offrir un cadre éducatif qui soit plus complet et efficace aux entrepreneurs, Pierre Gaubil propose avec 34 Elements un cursus de 7 semaines réservé à 20 start-up maximum. Chaque semaine, qui comprend deux sessions virtuelles live de 1h30, est dédiée à une thématique (équipe/proposition de valeur, positionnement/marché, timing/go-to-market, produit/business model…). De cette manière, l’idée est d’avoir une vue d’ensemble sur tous les pans d’une société pour anticiper tous les problèmes et défis à relever. Tous les éléments d’une start-up étant interconnectés, il peut en effet y avoir plusieurs causes à l’origine d’un problème. «Une start-up doit être comprise de manière holistique», estime Pierre Gaubil.

Le programme est ouvert aux start-up en pré-feed, seed et pré-série A. «Il faut une équipe et un début d’exécution», indique le créateur de 34 Elements. Et s’il n’est pas toujours facile pour un entrepreneur d’accepter les critiques sur son entreprise, il est essentiel de reconnaître ses erreurs le plus vite possible pour rectifier la trajectoire. Un exercice d’humilité pas toujours simple mais indispensable aux yeux de Pierre Gaubil : «C’est assez facile de démoraliser un entrepreneur. Une startup, c’est hyper fragile, mais il faut avoir un discours de vérité. Et c’est justement le fait de travailler ensemble (avec les 20 start-up de chaque batch, ndlr) qui peut permettre de digérer la pilule. Cela permet d’avoir un diagnostic de vérité qui soit acceptable et digérable.»

«Je veux créer l’université de demain sur l’entrepreneuriat»

L’entrepreneur français insiste aussi sur la nécessité d’avoir un mentor de qualité pour réussir : «5% des mentors dans l’écosystème sont valables et 95% sont des charlatans. Il y a beaucoup de gens qui s’approprient des théories écrites par d’autres personnes, qui n’ont jamais monté de start-up et qui se disent coach de start-up. C’est une chose qui est dangereuse et qui tue des start-up.» Il ajoute : «Trouver un mentor compétent, c’est de l’or. Ça change une boîte. Un mauvais mentor, ça tue une boîte. C’est ma guerre, je me bats contre ça.»

Si 34 Elements se concentre pour l’instant sur la stratégie des start-up, Pierre Gaubil voit déjà plus loin. Il réfléchit ainsi à étendre son champ d’action sur de nouvelles thématiques, toujours dans l’optique d’offrir un accompagnement de qualité aux entrepreneurs. Avec son académie, il souhaite «créer une communauté globale». L’ambition ultime de l’entrepreneur français ? «Je veux créer l’université de demain sur l’entrepreneuriat.» Après l’émergence de structures comme Y Combinator, Station F, Rocket Internet ou encore eFounders pour soutenir l’écosystème, 34 Elements entend bien devenir une référence dans la formation des entrepreneurs.

Bouton retour en haut de la page
Avec 34 Elements, Pierre Gaubil veut aider les startups à repenser leur stratégie
[Série B] GitGuardian lève 44 millions de dollars auprès d’Eurazeo
Comment construire sa stratégie de Content Marketing, avec Gregory Nicolaidis, CEO de YouLoveWords
[SEED] La startup niçoise Livmed’s lève 2 millions d’euros pour son service de livraison de médicaments
[SEED] FinTech: la startup française Aria lève 4 millions d’euros auprès d’Otium Capital
Marketing digital: focus sur des techniques de génération d’audience appliquées au BtoB
NSO Group: le fabricant du logiciel d’espionnage controversé Pegasus ouvre une enquête