ActualitéBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fonds

Blockchain: la FinTech MoneyTrack lève 2,3 millions d’euros et mène sa première acquisition

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Avancer les frais de santé même lorsqu’on est assuré n’est pas toujours évident, en particulier depuis que la crise sanitaire a affecté le portefeuille de bon nombre de Français. Pour fluidifier et accélérer les transactions entre assurances et assurés, la startup parisienne MoneyTrack a développé une plateforme de paiement basée sur la blockchain, permettant d’authentifier les acteurs du parcours santé. Aujourd’hui, elle lève 2,3 millions d’euros auprès notamment de son investisseur historique Truffle Capital et de business angels. Cette opération porte le financement total de l’entreprise à 5,4 millions d’euros. MoneyTrack annonce dans la foulée l’acquisition de la startup marseillaise Proxegia qui doit lui permettre d’intégrer pleinement l’écosystème des complémentaires santé.

Fondé en 2018 par Christophe Doré, MoneyTrack développe donc une plateforme de paiement « dirigé », c’est-à-dire soumis à des règles de dépenses, basée sur la technologie blockchain. Cette dernière est reliée au système d’information des assureurs, ce qui permet de rapatrier toutes les garanties des contrats des assurés. La startup a également déployé des applications mobiles à destination des praticiens de santé et des assurés, à travers lesquelles il est possible de les identifier. 

« Tout cela s’auto-execute dans un ‘smart contract’ pour générer derrière le paiement du compte de l’assureur au compte du praticien, sans que l’assuré n’ait à avancer des frais », explique Christophe Doré. « Depuis la crise, on constate une meilleure adoption du paiement mobile. Nous pensons que les gens n’auront pas de problème à utiliser notre application, par exemple en pharmacie ou chez le médecin, qui leur permettra d’avancer les frais. Le fait de ne pas avancer les frais est quelque chose de très plébiscité par les Français, la crise sanitaire ayant accentué les problèmes économiques ». La startup prend ensuite un pourcentage de 3,5% à l’assureur, sur les transactions effectuées via sa plateforme.

Proxegia, un service complémentaire

Pour accélérer dans le domaine de la santé, MoneyTrack annonce également l’acquisition de Progexia, une startup marseillaise spécialisée dans la digitalisation des complémentaires santé. L’entreprise parisienne avait déjà travaillé avec Proxegia dans le cadre d’un partenariat. Pour Christophe Doré, leurs deux services sont complémentaires. « Proxegia sait très bien se connecter à l’écosystème des complémentaires santé, tandis que MoneyTrack est spécialisée dans le déploiement de systèmes de paiement mobile sur des praticiens de santé ou des assurés, mais peine à se brancher à l’assureur. Le rapprochement avec Proxegia s’est donc fait naturellement ».

Aujourd’hui, MoneyTrack revendique 800 000 personnes protégées sur sa plateforme et est branchée à 6 000 praticiens de santé. La startup ambitionne désormais de doubler son chiffre d’affaires et de gérer plus de 100 millions d’euros d’ici 2023. « Une plateforme de paiement n’existe qu’à partir de 100 millions d’euros de flux », estime Christophe Doré. « Nous existons depuis 2018, et je pense que nous arriverons à ces 100 millions d’ici 2023 ».

MoneyTrack : les données clés

Fondateur : Christophe Doré
Création : 2018
Siège social : Paris
Secteur : FinTech, blockchain, santé 


Financement : 2,3 millions d’euros auprès notamment de Truffle Capital, avec la participation de business angels.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA. Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
MoneyTrack
Blockchain: la FinTech MoneyTrack lève 2,3 millions d’euros et mène sa première acquisition
google
Alphabet, la maison-mère de Google, lance une filiale dédiée aux logiciels pour la robotique
VTC: dans le viseur de Pékin, Didi Chuxing menacé d’une amende record, dépassant celle d’Alibaba
« Mon espace Santé »: le gouvernement va consacrer 1,4 milliard d’euros à la sécurité des données de santé
FoodTech: les débuts en Bourse de Zomato suscitent un fort appétit des investisseurs
RGPD: la Cnil condamne le groupe de protection sociale AG2R à une amende de 1,75 million d’euros
Données personnelles d’enfants: TikTok condamné à une amende de 750 000 euros aux Pays-Bas