ActualitéData Room

[Carterie 2.0] Dromadaire fait un retour en force sur la carte imprimée

Depuis 1998, le leader de l’e-card gratuite Dromadaire, propriété du Groupe Aventers (Ooprint), ne perd pas un poil de sa notoriété. En important des USA le concept de l’envoi de cartes par le net, Dromadaire a choisi le bon créneau, et imposé un monopole, avec 10,5M d’utilisateurs en France. Rien à envier aux 5,8M d’utilisateurs du concurrent American eGreetings.

Côté prévisions, Dromadaire prévoit près de 16 M d’envois d’e-cards pour les voeux de fin d’année (E-mail + Facebook). Mais la marque vise aussi un autre marché, celui de la carte imprimée. Un marché estimé à 7,5 milliards de dollars aux Etats-Unis, 400 M€ en France. L’idée de ce retour au papier ne date pas d’hier : Dromadaire avait en effet, au printemps 1998, pensé son modèle sur la carte imprimée, un service proposé en octobre de la même année, puis abandonné au profit de l’e-card, nettement plus profitable.

Reste aujourd’hui à imposer l’offre Dromadaire face aux e-imprimeurs et sites de photos:

  • Proposer aux internautes français un service en ligne de commande et d’envoi de cartes imprimées
  • Des centaines de modèles de cartes personnalisables (textes et photos)
  •  Une expédition directement au destinataire sous 24 heures
  • Un prix de 3,99€ tout compris (impression sur papier verni, enveloppe, timbre, expédition…)

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Carterie 2.0] Dromadaire fait un retour en force sur la carte imprimée
[Webinar] Expérience collaborateur, intranets : comment se préparer à l’arrivée de Microsoft Viva
AssurTech: la startup française Zelros lève 11 millions de dollars auprès de BGV et ISAI
reddit
Reddit profite de sa popularité pour lever 116 millions de dollars supplémentaires
Gig economy: la Commission européenne se penche sur le sort des travailleurs des plateformes
clubhouse
Nouveau rendez-vous pour le Débrief de la semaine sur Clubhouse
Les données médicales de près de 500 000 Français fuitent sur Internet