Arts et CulturesAsieTech

5 compétences que recherchent les entreprises pour s’améliorer dans le cloud

Le cloud computing a résolument changé la manière de consommer et d’opérer les ressources informatiques ou applicatives et de les mettre à la disposition du plus grand nombre. Dans le monde du grand public, le parallèle est souvent fait avec des solutions prêtes à l’emploi en ligne pour le stockage et le partage de fichiers (GDrive de Google, Box, Dropbox, iCloud d’Apple…), les échanges communautaires (Facebook, LinkedIn, Viadeo, Twitter, Snapchat…) ou encore le partage de vidéos (YouTube, Dailymotion). Dans le monde du B2B, de plus en plus d’entreprises y recourent aussi pour soutenir leurs modes opératoires : elles l’intègrent non seulement au cœur des innovations digitales qu’elles projettent mais aussi des nouveaux modèles, notamment de services, qu’elles ambitionnent.

D’après l’étude de MARKESS, « toute nouvelle société qui se crée aujourd’hui intègre le cloud computing dans ses prérequis opératoires si bien que ces solutions jouent un rôle clé pour faire fonctionner leur cœur de métier. Les exemples sont nombreux, qu’il s’agisse des GAFA qui s’appuient non seulement sur le cloud computing pour opérer leur propre modèle d’affaires mais aussi commercialisent des solutions qui s’y réfèrent, aux nouvelles stars du digital comme Uber ou Netflix. Toutes ces entreprises ont une chose en commun : elles ont compris que le cloud computing était au cœur de l’innovation et de la création de nouveaux modèles. Il leur  confère une agilité essentielle dans une économie hautement concurrentielle. »

Une croissance à deux chiffres

En 2015, 91% des 110 décideurs métiers et informatiques interrogés (exerçant principalement au sein de grandes entreprises et d’entreprises de taille intermédiaire) ont déjà mis en œuvre ou comptent mettre en œuvre des projets digitaux innovants faisant appel à des solutions de cloud computing. Les projets digitaux innovants dont il est fait référence donnent naissance à de nouveaux usages reposant sur des modèles économiques, financiers ou organisationnels en rupture. Ils se caractérisent le plus souvent par des approches différentes dans leur conception et leur déploiement.

Fort de cette dynamique, le marché français des solutions de cloud computing (SaaS, PaaS, IaaS) et des services associés se développe selon un rythme de croissance à deux chiffres. Estimé à 4,9 milliards d’euros en 2015 par MARKESS, il devrait avoisiner les 7 milliards d’euros en 2017 avec une part prépondérante dévolue aux applications en mode Saas (Software as a Service).

Les services associés à la mise en œuvre de ces solutions jouent aussi un rôle crucial dès lors que des environnements critiques et stratégiques sont concernés et comptent pour une part non négligeable de ce marché. Les segments en forte demande sont notamment :

  • Le conseil à la définition des besoins fonctionnels et techniques, à la migration, à l’accompagnement au changement, aux respects des règles sécuritaires et/ou juridiques.
  • Les services à valeur ajoutée (paramétrage, intégration, services managés, services d’exploitation d’environnements hébergés dans des clouds…).

 

Le recours à ces solutions de cloud computing n’est cependant pas toujours aisé car il nécessite de maîtriser de nouveaux domaines (expertises). En 2015, 84% des décideurs métiers et informatiques interrogés par MARKESS émettent aussi des besoins en compétences spécifiques pour mener à bien leurs projets à base de solutions de cloud computing.

5 compétences à maîtriser

Le recours au cloud computing engendre une mutation organisationnelle et entraîne en effet des exigences nouvelles. De nombreuses questions se posent quant aux compétences et moyens nécessaires pour activer ces services qu’il s’agisse des réseaux, des engagements associés (SLAs, confidentialité des données, sécurité, plane de reprise d’activité en cas de défaillance…) ou encore de l’adaptation de l’organisation et des environnements existants.

En 2015, entre 30% et 40% des décideurs métiers et informatiques interrogés mettent plus particulièrement en avant des besoins en :

  • Architectes capables de définir, designer et architecturer les usages innovants qui feront appel à des services de cloud et qui seront développés selon des modes nouveaux (cf. DevOps) pouvant eux aussi faire appel à des solutions de cloud (cf. solutions PaaS – Platform as a Service).
  • Experts en sécurité et juristes pour s’assurer des aspects techniques et légaux liés à la protection et à la confidentialité des données, à la gestion des accès et des identités, à la sauvegarde des données, à la mise en conformité réglementaire…
  • Managers du changement car les modèles opératoires qu’impose le cloud computing impliquent une démarche organisationnelle d’administration de services différente. Cette transformation demande à être accompagnée.
  • Gestionnaires de contrats de services externalisés : la multiplication des contrats auprès de différents prestataires de solutions de cloud computing (IaaS, PaaS, SaaS) demande un suivi précis afin d’éviter tout incident aussi bien sur les aspects financiers que techniques (SLAs) et juridiques.

graph

Ces compétences sont d’autant plus demandées que les directions métiers et digitales sont le plus souvent à l’initiative des projets digitaux innovants. Ces directions émettent de tels besoins car elles ont conscience qu’elles se doivent désormais de maîtriser les aspects techniques, financiers et juridiques liés à l’usage des solutions de cloud computing sous- tendant ces projets. Même si la plupart d’entre elles s’appuient sur leur direction de système d’information pour les accompagner dans cette démarche, une part conséquente des budgets dévolue au cloud computing, et notamment aux applications SaaS, est portée en direct par ces directions métiers. Avec le cloud computing, la part du « shadow IT (1) » serait bien supérieure aux chiffres couramment publiés. Dans certaines entreprises, MARKESS estime qu’elle s’élèverait ainsi à plus des 2/3 de l’ensemble des budgets consacrés à de telles solutions !

1. Shadow IT (parfois Rogue IT) est un terme fréquemment utilisé pour désigner des systèmes d’information et de communication réalisés et mis en œuvre au sein d’organisations sans approbation de la direction des systèmes d’information. (Source : Wikipédia)

[tabs]

[tab title= »A propos d’Emmanuelle Olivié-Paul »]

Emmanuelle Olivié-PaulEmmanuelle Olivié-Paul est directrice associée de MARKESS, un cabinet d’études expert dans l’analyse des marchés du numérique. Pour aller plus loin et découvrir quelques résultats clés issus de ce programme, consulter l’e-Book « Cloud Computing & Innovations Digitales – Tendances Clés 2015« .

LinkedIn : oliviepaul

Twitter : @oliviepaul

[/tab]

[/tabs]

Tags
EquipAUto

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This