ActualitéAsieAsie

Combien de minutes sont nécessaires pour écouler 150 000 smartphones sur WeChat?

Moins de 10! l’expérience inédite de vente flash de 150 000 smartphones par Xiaomi sur la messagerie instantanée WeChat ouvre une nouvelle voie de commercialisation. L’ensemble de la commande a été réalisé directement au sein de l’application WeChat.

A titre de comparaison, Xiaomi a vendu 200 000 MI3, son modèle de smartphone, en moins de 3 minutes lors de sa dernière vente flash sur son site internet.

La messagerie instantanée WeChat compte 272 millions d’utilisateurs dans le monde.
Fondée en juin 2010, par Lei Jun et Lin Bin, le fabricant de mobiles Xiaomi représente aujourd’hui 5% de parts de marché du smartphone, avec 20 millions de smartphones vendus en 3 ans. Xiaomi est valorisé 10 milliards de dollars et compte parmi ses investisseurs Temasek, IDG Capital et Qiming Venture Partners.

Source photo: Hugo Barra

Tags

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. J’ai eu la chance de pouvoir acheter le Xiaomi mi3 et l’Android Box, sur 2 journées spéciales différentes (1 vente spéciale sur xiaomi.com, et pendant leur journée record sur tmall) mais fallait surtout pas traîner pour les acheter, parce que la compétition était rude ! En tout cas ça montre bien que Wechat peut être utilisé par les sociétés chinoises et étrangères pour faire de l’argent et du buzz, si utilisé intelligemment.

Combien de minutes sont nécessaires pour écouler 150 000 smartphones sur WeChat?
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link