ActualitéBusinessTech

Comment les startups indiennes se préparent à lutter contre la suprématie de Google

En Inde, une cinquantaine d’entrepreneurs se sont réunis mardi lors d’une réunion en visioconférence sur la plateforme Zoom pour trouver des moyens de lutter contre la suprématie des géants américains de la Tech, à l’instar de Google et Facebook.

C’est la récente annonce de Google concernant le durcissement de ses règles sur le Play Store qui a provoqué cette réunion. En effet, le géant de Mountain View a fait savoir lundi que les développeurs distribuant leurs applications sur le Play Store devraient désormais payer une commission de 30% sur les transactions numériques des consommateurs. Cette annonce intervient alors qu’Apple connait une fronde de la part des entreprises qui distribuent leurs applications sur l’AppStore, notamment de l’éditeur du jeu Fortnite Epic Games, ainsi que l’application de streaming Spotify ou encore Deezer. 

Les 56 entrepreneurs ont unanimement condamné cette décision et envisagent désormais des alternatives au Google Play Store, en lançant leur propre magasin d’applications. Parmi eux, le fondateur milliardaire de la FinTech Paytm, Vijay Shekhar Sharma, a affirmé que les startups Tech indiennes avaient leur rôle à jouer, auprès du gouvernement et de la population. «Nous devons avoir une voix commune pour que le gouvernement et le peuple nous écoutent. Nous ne pouvons pas laisser un ou deux groupes mondiaux contrôler tous les rêves numériques de l’Inde», a-t-il asséné. 

Faire pression sur le gouvernement

De nombreux entrepreneurs ont rejoint le mouvement qui compte désormais plus de 150 professionnels, parmi lesquels on peut citer Deep Kalra de la société de billetterie MakeMyTrip, Yashish Dahiya de l’AssurTech Policybazaar, Harshil Mathur de la FinTech Razorpay, ou encore Vishal Gondal de la startup GOQii, spécialisée dans la santé. Vishal Gondal a par ailleurs confirmé qu’un magasin d’applications local serait un avantage énorme pour l’écosystème Tech indien. «L’Inde est un pays assez grand et son écosystème numérique se développe», a-t-il expliqué au média TechCrunch. «Nous ne pouvons pas laisser les entreprises étrangères nous dicter notre façon de faire des affaires.» 

Lors de la réunion, les entrepreneurs indiens ont évoqué leur volonté de faire pression sur le gouvernement pour que les géants américains tels que Google et Facebook vendent leurs parts à des entreprises locales, de la même manière que TikTok aux États-Unis. 

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Comment les startups indiennes se préparent à lutter contre la suprématie de Google
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
Comment les entreprises peuvent-elles appliquer la recette qui a fait le succès des GAFA ?
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?