ActualitéLyonRetail & eCommerce

Conforté par ses résultats, LDLC poursuit sa stratégie cross-canal

LDLC a publié un chiffre d’affaires de 143,8 millions d’euros, en croissance de 11% sur un an, au cours du premier semestre de son exercice fiscal qui correspond à la période du 1er avril au 30 septembre. Plus dans le détail, l’activité B2C de l’e-commerçant lyonnais progresse de 8%, et le segment B2B de 18%.

La société parie notamment sur une stratégie cross-canal pour améliorer ses ventes et indique qu’au 2 décembre prochain, LDLC comptera 13 magasins, dont une dizaine en franchise, contre 4 un an plus tôt. De son côté, l’autre site du groupe LDLC, Maginea, dédié aux univers de la maison, du bricolage ou encore du jardinage enregistre une croissance de 30%.

Sur les six mois, LDLC a également vu ses marges brutes progresser à 17,4% du chiffre d’affaires, contre 17,1% un an plus tôt. Au final, le résultat opérationnel bondit de 33% sur un an, à 6,1 millions d’euros.

«Ce semestre démontre une fois encore la capacité de notre Groupe à délivrer une croissance dynamique avec une activité et des résultats financiers en progression forte. Comme annoncé, notre chiffre d’affaires 2015/2016 enregistrera une croissance à deux chiffres avec une amélioration de la rentabilité opérationnelle par rapport à l’exercice dernier», déclare Olivier de la Clergerie, directeur général du Groupe.

Retrouvez l’interview d’Olivier de la Clergerie publiée en novembre 2014 sur Frenchweb : « Dans l’e-commerce, pour se développer, il faut se différencier ».

Bouton retour en haut de la page
Conforté par ses résultats, LDLC poursuit sa stratégie cross-canal
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs