ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsTech

Cybersécurité: Deep Instinct lève 100 millions de dollars auprès de BlackRock

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

En 2020, l’Anssi a relevé une hausse de 255% des attaques au rançongiciel dans son périmètre d’intervention, ce à quoi le gouvernement français a répondu en lançant un plan d’un milliard d’euros pour renforcer la cybersécurité des systèmes sensibles. Depuis la pandémie de Covid-19 et l’accélération du numérique, le monde entier semble être touché par la hausse vertigineuse des cyberattaques. Pire encore, selon une étude annuelle de la société de sécurité informatique Emsisoft, les cyberattaques ont infecté plus de 2 300 entreprises, écoles, hôpitaux et agences gouvernementales en 2020 rien qu’aux États-Unis, et pourraient être deux fois plus nombreuses en 2021.

Pour faire face à la demande, le fournisseur israélien de solutions de cybersécurité Deep Instinct lève 100 millions de dollars en série D auprès de BlackRock avec la participation d’Untitled Investments, de The Tudor Group, d’Anne Wojcicki et d’investisseurs historiques, dont Millennium, Unbound et Coatue Management. Cette opération porte le financement total de la startup à 200 millions de dollars, de quoi financer ses ambitions internationales.

«Répondre aux besoins croissants»

Lancé en 2015 par Eli David, Guy Caspi et Nadav Maman, Deep Instinct a développé des solutions qui préviennent et analysent les cyberattaques, en s’appuyant sur le deep learning pour prévenir les menaces. En effet, la startup est capable d’identifier et de bloquer des virus connus, mais également ceux qui n’ont pas encore été documentés. Pendant la crise, de nombreuses entreprises ont dû passer en télétravail et numériser leurs actions quotidiennes. Face à la croissance des services en ligne et l’augmentation des cyberattaques qui les ont accompagnées, le nombre d’entreprises clientes de Deep Instinct a triplé en un an. Deep Instinct a par ailleurs récemment signé des contrats avec plusieurs entreprises du Global 2000, en début d’année.

« Le développement de notre plateforme exclusive de Deep Learning va au-delà des endpoints, pour couvrir le cloud, le réseau et le stockage, afin de répondre aux besoins croissants de nos clients face à des menaces et à des attaques toujours plus sophistiquées. » Présente en Amérique du Nord, en Europe et dans la région Asie-Pacifique, la startup basée à New York veut se renforcer au niveau des ventes et du marketing sur tous ses marchés.

Deep Instinct, qui revendique un blocage des menaces inconnues en moins de 20 millisecondes, tout en réduisant de 99% le taux de faux positifs, entend bien faire valoir ses solutions auprès des entreprises du monde entier. « Alors que nous entamons une nouvelle phase d’hyper croissance, ce tour de table nous permettra non seulement d’étendre nos capacités de commercialisation de manière significative, mais aussi de renforcer les activités dédiées à la recherche et au développement de produits axés sur le deep learning », déclare Guy Caspi, CEO de Deep Instinct. 

Deep Instinct : les données clés

Fondateurs : Eli David, Guy Caspi et Nadav Maman
Création : 2015
Siège social : New York
Activité : fournisseur de solutions de cybersécurité


Financement : 100 millions de dollars en série D auprès de BlackRock avec la participation d’Untitled Investments, de The Tudor Group, d’Anne Wojcicki et d’investisseurs historiques, dont Millennium, Unbound et Coatue Management.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Deep Instinct
Cybersécurité: Deep Instinct lève 100 millions de dollars auprès de BlackRock
EdTech: Engageli lève 33 millions de dollars auprès de Maveron et Educapital
Amazon gagne en justice contre l’UE au sujet de ses rabais fiscaux au Luxembourg
Vinted lève 250 millions d’euros pour conquérir l’Europe
Tesla chute en Bourse, souffrant de chiffres de ventes décevants en Chine
E-santé: Aga Care lève des fonds pour développer son coach virtuel de bien-être
Boosté par les GAFAM, le fleuron français des câbles sous-marins ASN espère doubler ses revenus