ActualitéBusinessTechTransport

Daimler s’allie avec Uber pour augmenter sa flotte de voitures autonomes

  • Ce partenariat confirme les intentions de Travis Kalanick en matière de voiture autonome.
     
  • En août 2016, Uber avait racheté la start-up Otto, spécialisée dans les logiciels pour camions sans chauffeur.
     
  • Uber revendique 40 millions d’usagers actifs par mois et une présence dans 500 villes à travers le monde.

 

Uber attire les constructeurs automobiles traditionnels. L’Allemand Daimler vient en effet de conclure un accord avec la plateforme de VTC. Dans le cadre de ce partenariat, Daimler va fournir ses propres voitures autonomes à Uber dans les années à venir. Les modalités financières de cet accord n’ont pas été précisées. «La technologie de conduite autonome offre la promesse de villes plus sûres, plus propres et plus accessibles, mais nous ne pouvons atteindre ce futur seul. C’est pourquoi nous ouvrons la plateforme Uber aux constructeurs automobiles comme Daimler», a déclaré Travis Kalanick.

Le partenariat noué entre Daimler et Uber confirme les intentions de l’homme fort de la plateforme californienne en matière de voiture autonome. En octobre dernier, Travis Kalanick avait réaffirmé son attachement au développement de la voiture autonome au sein d’Uber. «Ces voitures, quand elles s’engagent dans la voie de l’auto-conduite, vous commencez à devenir une entreprise de robotique. Nous sommes aux toutes premières étapes de notre évolution vers une société de robotique», avait déclaré Travis Kalanick, à l’occasion du Vanity Fair New Establishment Summit, à San Francisco. Uber avait notamment déboursé 680 millions de dollars en août 2016 pour racheter la start-up Otto, spécialisée dans les logiciels pour camions sans chauffeur.

En août dernier, le constructeur suédois Volvo s’était également allié avec Uber pour développer des voitures autonomes. Le coût du projet s’élève à 300 millions de dollars. Dès mai 2016, Uber avait démontré l’étendue de ses ambitions dans la conduite autonome en dévoilant sa voiture sans chauffeur, conçue en partenariat avec Ford. En septembre, la société américaine avait mis à disposition du grand public ses premières voitures autonomes à Pittsburgh. 

La voiture autonome, clé de la rentabilité 

La voiture sans chauffeur constitue un enjeu majeur pour Uber dans la mesure où la plateforme n’a toujours pas atteint la rentabilité depuis son lancement en 2009. Valorisée 68 milliards de dollars, la société aurait perdu 4 milliards de dollars depuis sa création, dont 1,27 milliard au premier semestre 2016. 

En déployant une flotte de voitures autonomes, Uber pourrait également se passer des services de ses chauffeurs et ainsi s’épargner une pluie de polémiques sur le statut et les revenus de ses conducteurs. Il y a quelques jours, l’entreprise de Travis Kalanick a accepté de payer 20 millions de dollars pour avoir surestimé les revenus de ses chauffeurs. A ce jour, Uber revendique 40 millions d’usagers actifs par mois et une présence dans 500 villes à travers le monde.

Lire aussi :

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This