ActualitéDecode Quantum l'émissionPodcast

[DECODE Quantum] A la rencontre de Serge Reynaud, Directeur de Recherche au CNRS

Une émission conçue par Fanny Bouton, Olivier Ezratty et Richard Menneveux

Nous accueillons Serge Reynaud est Directeur de Recherche du CNRS, travaillant au laboratoire LKB de l’École Normale Supérieure à Paris.

Il s’intéresse au vide, ce qui va pas mal nous occuper, et notamment aux expériences qui démontrent l’existence de ces fameuses fluctuations quantiques du vide, notamment celles de l’effet Casimir. Ces fluctuations sont aussi appelées « énergie du vide ». Nous verrons le lien entre le vide et la gravité. On s’éloignera un peu du calcul quantique mais pas tant que cela, nous verrons. Ça nous amènera aussi à nous intéresser à l’astrophysique. C’est ce qu’il y a de merveilleux avec la physique quantique : on peut toucher à tout avec.

Nous vous invitons écouter l’émission DECODE Quantum sur Apple PodcastSpotifyDeezer. Si vous appréciez l’émission, n’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire, ou une note sur Apple Podcast.

En co-production avec Fanny Bouton et Olivier Ezratty, Decode Media vous propose Decode Quantum, une série pour découvrir la révolution quantique au travers d’échanges avec les acteurs clés de la filière quantique dans le monde.

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
quantique
[DECODE Quantum] A la rencontre de Serge Reynaud, Directeur de Recherche au CNRS
Publicité en ligne : Google repousse son abandon des cookies jusqu’en 2023
[Événement] Asia Loopers Inde: comment développer son entreprise sur ce marché de 1,3 milliard de consommateurs
Le Tribunal de commerce de Paris se saisit de la plainte de France Digitale visant Apple
Alain Weill quitte ses fonctions de PDG d’Altice France et de SFR
Retail: les startups françaises ont déjà levé plus d’un milliard d’euros en 2021
Open banking: Visa rachète la FinTech suédoise Tink pour 1,8 milliard d’euros