ActualitéBusinessHealthcare

DeepTech : Aqemia s’allie à Sanofi pour trouver des traitements efficaces contre le Covid-19

Interview d'Emmanuelle Martiano et Maximilien Levesque, fondateurs d'Aqemia

Alors que le monde entier a les yeux rivés sur la course à la vaccination pour endiguer définitivement la pandémie de Covid-19, une autre bataille, plus discrète mais tout aussi importante, se joue également. Cette bataille, c’est la recherche de traitements pour venir à bout du virus dans le corps des personnes infectées. Car pendant que d’éminents spécialistes s’écharpaient autour de l’hydroxychloroquine ces derniers mois, d’autres acteurs s’activaient en coulisses pour trouver des médicaments capables d’affaiblir le Covid-19 et ainsi d’éviter des formes graves de la maladie.

Parmi ces acteurs, il y a notamment Aqemia, spin-off de l’École normale supérieure – PSL créée par Emmanuelle Martiano et Maximilien Levesque. Cette DeepTech française a développé une approche innovante pour faire avancer la recherche pharmaceutique en mêlant machine learning et algorithmes inspirés de la mécanique quantique. Avec ce tandem original, la société réalise un calcul pour déterminer le degré d’affinité entre une cible thérapeutique responsable d’une maladie, comme le Covid-19 ou un cancer, et des molécules candidats-médicaments. De cette manière, Aqemia est en mesure d’identifier des molécules pouvant agir sur un virus afin de le diminuer. Dans le cas du coronavirus, la start-up s’attèle à dénicher des molécules qui peuvent impacter la main protéase du Covid-19, une protéine clé du virus qui sévit depuis maintenant un an à travers la planète.

Écoutez notre échange avec Emmanuelle Martiano et Maximilien Levesque, fondateurs d’Aqemia :

«Les médicaments seront là pour arriver en deuxième ligne»

L’approche d’Aqemia a tapé dans l’œil de Sanofi, l’un des plus grands laboratoires pharmaceutiques du monde. Avant même la crise du coronavirus, la start-up et le grand groupe travaillaient déjà ensemble sur des projets autour de l’oncologie. Une collaboration qui s’est logiquement prolongée pour accélérer la découverte de traitements efficaces contre le Covid-10. «Cet accord s’inscrit dans le cadre des efforts que Sanofi a engagés sur plusieurs fronts parallèles pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Cela témoigne en particulier de notre volonté de soutenir les start-up françaises innovantes et prometteuses qui contribuent à l’effort de recherche national pour tenter de venir à bout du SARS-CoV-2», indique Olivier Bogillot, président de Sanofi France.

Pour Aqemia, le soutien de Sanofi sur un projet de recherche de médicament contre le Covid-19 est un coup de pouce considérable dans le cadre de son développement alors que la jeune pousse avait levé 1 million d’euros il y a un an auprès d’Elaia. «Sanofi nous donne ici l’opportunité d’accélérer pour tester des pistes de traitement», fait remarquer Maximilien Levesque, co-fondateur et CEO d’Aqemia. Mais Emmanuelle Martiano, également co-fondatrice de l’entreprise française, prévient : «Il n’y aura pas de médicament nouveau sur le marché avant les vaccins. L’objectif, c’est plutôt d’arriver en complémentarité. Les médicaments seront là pour arriver en deuxième ligne, notamment pour les patients qui n’ont pas pu être traités avec le vaccin.»

Bouton retour en haut de la page