ActualitéBusinessEuropeExportRetail & eCommerce

ManoMano, la marketplace de bricolage et de jardinage, lève 125 millions d’euros

Interview de Philippe de Chanville, co-fondateur et CEO de ManoMano

Sur un marché européen du bricolage et du jardinage estimé à 400 milliards d’euros, à parts égales entre le B2C et le B2B, ManoMano veut se donner les moyens d’accélérer son développement en dehors des frontières de l’Hexagone. Dans ce sens, la start-up française avait déjà levé 110 millions d’euros en avril 2019. L’an passé, l’international pesait alors 25% de l’activité de l’entreprise. Désormais, les ventes réalisées en Belgique, en Espagne, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni représentent un tiers des revenus de la plateforme. 

Pour porter cette part au-delà des 50% à l’horizon 2023, la société annonce aujourd’hui un nouveau tour de table de 125 millions d’euros mené par le fonds souverain singapourien Temasek, qui illustre une nouvelle une nouvelle fois les ambitions d’acteurs asiatiques comme Tencent, auteur d’investissements dans Qonto et Lydia en ce début d’année. Les fonds General Atlantic et Eurazeo ont remis au pot dans le cadre cette série E, à laquelle ont également participé Bpifrance via son fonds Large Venture, Piton Capital et Kismet Holdings.

Au total, ManoMano a levé 311 millions d’euros en six ans, dont 235 millions en l’espace de dix mois. Une force financière qui permet à l’entreprise de se rapprocher du cercle des licornes françaises, qui doit compter 25 membres d’ici 2025 si l’objectif fixé par Emmanuel Macron est atteint.

Un marché européen «pénétré à 5% par Internet»

Fondée en 2013 par Christian Raisson et Philippe de Chanville, la marketplace de bricolage et de jardinage se positionne en alternative digitale à Leroy Merlin et Castorama. «Sur un marché européen de 400 milliards d’euros, la pénétration d’Internet n’atteint que 5%», note Philippe de Chanville, co-fondateur et CEO de ManoMano. 

Notre entretien complet en sa compagnie est à retrouver ici :

Face à la lourdeur logistique des acteurs physiques bien ancrés dans le paysage du bricolage, l’agilité de la jeune pousse a rapidement fait mouche. Preuve en est, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 450 millions d’euros en 2018, quand les revenus annuels d’Amazon, son concurrent direct, sur le segment du bricolage ne sont estimés qu’à 360 millions d’euros.

L’Allemagne et le Royaume-Uni, les deux marchés porteurs en Europe 

Sur le marché européen, la start-up française bénéficie d’une bonne traction en Allemagne et au Royaume-Uni, deux marchés qui pèsent respectivement 62 et 45 milliards d’euros, devant la France (32 milliards). Revendiquant 3,5 millions de clients actifs, 2 500 marchands et plus de 4 millions de références sur sa plateforme, la société déclarait l’an passé vouloir atteindre le milliard d’euros de chiffre d’affaires cette année. 

Pour y parvenir, ManoMano mise sur une offre de services enrichie à destination des professionnels. Cela passe par ManoMano Pro, plateforme lancée en mars 2019 pour qui cibler les professionnels du bâtiment, et Mano Fulfillment, son service logistique dédié à ses marchands partenaires, lancé en novembre 2018 en France, puis en octobre dernier en Espagne. L’objectif pour Philippe de Chanville : «être le leader dans chaque pays européen». Ce nouveau tour de table doit permettre de faire de cette ambition une réalité. 

ManoMano : les données clés

Fondateurs : Christian Raisson et Philippe de Chanville
Création : 2013
Siège social : Paris
Secteur : eCommerce
Activité : marketplace de bricolage et de jardinage
Effectifs : 420 collaborateurs


Financement : 125 millions d’euros en janvier 2020, 110 millions d’euros en avril 2019, 60 millions d’euros en septembre 2017, 13 millions d’euros en mars 2016, 2 millions d’euros en 2014…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
ManoMano, la marketplace de bricolage et de jardinage, lève 125 millions d’euros
Défense : structuration progressive autour de l’intégration de l’intelligence artificielle
Coronavirus: comment les entrepreneurs ont-ils fait face à la crise?
Les offres d’emploi de la semaine
[DECODE Exit] Rachat de Chain Accelerator par ON-X, premier exit français en Blockchain
TikTok/Bytedance
Un collectif d’influenceurs TikTok lance une « collab house » à Paris
La technologie au service des startups pour affronter la crise du coronavirus
Copy link