A la uneLes ExpertsOlivier Ezratty

[Expert] Big brother nous surveillait déjà, par Olivier Ezratty

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Il n’y avait pas de quoi être bien sur­pris des révé­la­tions concer­nant le pro­gramme de sur­veillance PRISM de la NSA. Nous allons ici rela­ti­vi­ser cette décou­verte avec ce qui se pra­tique dans bien d’autres pays dont la France. Et aussi voir où cela pour­rait nous mener.

Vieilles inter­cep­tions

La NSA inter­cepte les com­mu­ni­ca­tions élec­tro­ma­gné­tiques depuis des décen­nies. Elle a même été créée spé­cia­le­ment pour ration­na­li­ser cette mis­sion en 1952, en pleine guerre froide. Elle le fai­sait sur les com­mu­ni­ca­tions télé­pho­niques, notam­ment satel­li­taires, via le pro­gramme Eche­lon. Elle avait mis en place au milieu des années 2000 un pro­gramme d’interception des com­mu­ni­ca­tions Inter­net très bien docu­menté dans l’excellent “The sha­dow fac­tory”. Ce livre est le troi­sième écrit par le jour­na­liste James Bam­ford sur la NSA, après “The puzzle palace” (1982) et “Body of secrets” (2001). Paru en 2008, il explique com­ment, en marge de la loi amé­ri­caine, la NSA a ins­tallé après 9/11 des “salles noires” dans les nœuds de réseaux optiques des grands opé­ra­teurs télé­coms amé­ri­cains (les Regio­nal Bell Ope­ra­ting Com­pa­nies ou RBOC) tels que AT&T ou Verizon.

The Shadow Factory James Bamford Cover Page
Ces salles répliquent les signaux tran­si­tant dans les fibres optiques. Ces signaux sont ensuite fil­trés loca­le­ment par des ser­veurs dédiés. Ne sont conser­vées que les trames IP pro­ve­nant d’endroits ou sujets à sur­veiller, tels que ceux qui sont issus des pays dits à risques pour la sécu­rité des USA. Iran, Yémen, Syrie, etc. Le résul­tat du fil­trage est alors envoyé dans l’un des centres d’analyse de ces don­nées de la NSA, dont le siège situé à Fort Meade près de Washing­ton DC (ci-dessous). Ce sys­tème per­met de savoir qui cause avec qui, qui consulte quoi, et éven­tuel­le­ment, de quoi il s’agit.

En paral­lèle, la NSA ter­mine la construc­tion d’un énorme data cen­ter à Bluff­dale dans l’Utah. Il est censé sto­cker toutes les don­nées d’interception.

NSA Fort Meade
PRISM com­plète ce dis­po­si­tif qui avait déjà quelques années d’existence avec, semble-t-il, des ser­veurs ins­tal­lés chez les opé­ra­teurs de ser­vices Inter­net : Google, Yahoo, Micro­soft et plein d’autres. Ces ser­veurs per­met­traient de fouiller non plus sim­ple­ment dans les flux de don­nées cir­cu­lant sur Inter­net via les RBOC, mais aussi dans les stocks de don­nées, situés dans les ser­veurs des pure players Internet.

Les der­niers slides de la pré­sen­ta­tion dévoi­lée par Edward Snow­den expliquent cela très bien. Ils montrent d’ailleurs que c’est l’ensemble de la com­mu­nauté du ren­sei­gne­ment US est impli­quée dans PRISM et pas seule­ment la NSA. Le FBI est en effet l’organisation qui gère le lien avec les ser­vices Inter­net tan­dis que la NSA conti­nue de fil­trer les com­mu­ni­ca­tions Inter­net au niveau des RBOC.

PRISM Slide FBI NSA
En résumé : sauf à être très for­te­ment cryp­tées, nos com­mu­ni­ca­tions Inter­net qui ont de grandes chances de tran­si­ter par les USA sont poten­tiel­le­ment inter­cep­tées par la NSA et le FBI. De là à ce que vous faites les inté­resse, cela dépend évidem­ment de vos acti­vi­tés ! Vos don­nées seront exa­mi­nées si vous faites par­tie de la cen­taine et quelques de mil­liers de cibles de la NSA.

Les infra­struc­tures de la NSA sont évidem­ment inté­res­santes au niveau de leur archi­tec­ture tech­nique. L’agence a tou­jours été à la pointe dans deux domaines clés : le décryp­tage des don­nées chif­frées, à l’aide de super­cal­cu­la­teurs avec une forte consom­ma­tion de Cray en leur temps, main­te­nant pro­ba­ble­ment rem­pla­cés par des archi­tec­tures plus dis­tri­buées et de l’autre, l’usage de tech­no­lo­gies de télé­com­mu­ni­ca­tion ultra-rapides. En effet, les don­nées inter­cep­tées repré­sentent des volumes très impor­tants à faire cir­cu­ler. La NSA est donc le pre­mier client au monde d’infrastructures de télé­com­mu­ni­ca­tions à base de fibres optiques à ultra-haut débit comme celles que nous avions explo­rées dans mon pre­mier article sur Alcatel-Lucent.

Aussi iro­nique que cela puisse paraitre, dans “The sha­dow fac­tory”, James Bam­ford indique que la vision big bro­the­rienne du film “Ennemi d’Etat” (Ennemy of the State) sorti en 1998 n’avait rien à voir avec la réa­lité. A l’époque, la NSA savait bien inter­cep­ter les com­mu­ni­ca­tions télé­pho­niques mais était com­plè­te­ment à la rue pour ce qui concer­nait celles qui tran­si­taient sur Inter­net, et notam­ment la VOIP. Il faut dire qu’à l’époque, l’Internet grand public n’avait que quatre petites années d’existence ! On peut dater l’arrivée du web grand public à l’émergence de Nets­cape Navi­ga­tor fin 1994 !

“Ennemi d’Etat” pré­sen­tait une vision pros­pec­tive ne col­lant pas du tout à la réa­lité au moment de sa réa­li­sa­tion. 15 ans après, cette vision est deve­nue réa­lité. C’est le lot com­mun des films de science fic­tion d’Hollywood qui pré­sentent des scé­na­rios tech­no­lo­giques futu­ris­tiques qui ins­pirent ensuite les cher­cheurs, entre­pre­neurs et les états !

Mais même aujourd’hui, avec tous les moyens dont ils dis­posent, les ser­vices de ren­sei­gne­ment amé­ri­cain et autres ont bien du mal à pré­ve­nir des opé­ra­tions ter­ro­ristes ou autres, sur­tout lorsqu’elles sont déclen­chées par des indi­vi­dus iso­lés et com­mu­ni­quant peu.

Ennemy of the state
Der­nière révé­la­tion en date de l’affaire PRISM : la NSA espion­ne­rait les ambas­sades euro­péennes ou diverses mis­sions à l’ONU, y com­pris de pays “amis”. Là-dessus, rien de nou­veau sous le soleil : l’espionnage est vieux comme le monde et celui des ambas­sades étran­gères a démarré bien avant l’avènement du numé­rique ! Seuls les moyens ont évolué. Il est moins utile d’installer des micros dans les murs comme du temps de la guerre froide ! Quoique… ! En fait, avec des lasers, on peut écou­ter à dis­tance une com­mu­ni­ca­tion dans une pièce en visant une fenêtre. Mais les ambas­sades bien équi­pées dis­posent en géné­ral de salles iso­lées, sans fenêtres, et construites dans des cages de Fara­day étanches aux ondes élec­tro­ma­gné­tiques. Et si vous visi­tez une ambas­sade des USA, on vous videra de la tête aux pieds de tout objet numé­rique, clés USB com­prises ! C’est l’un des rares endroits que je connaisse où de telles pré­cau­tions d’usages soient de rigueur.

A un moment, cer­tains com­men­ta­teurs se sont éton­nés que la NSA n’espionne pas Twit­ter. Et pour cause… la majeure par­tie des don­nées qui y cir­culent sont publiques. Ne res­tent plus qu’à récu­pé­rer les Direct Mes­sage qui ne le sont pas. Cela ne devrait pas être trop dif­fi­cile de le faire sans même pas­ser par les ser­veurs de Twitter !

Et en France ?

Ca n’a pas loupé, la révé­la­tion du pro­gramme PRISM a gêné les USA et obligé les autres gou­ver­ne­ments à récla­mer des expli­ca­tions. Expli­ca­tions que leurs ser­vices spé­ciaux ont déjà lar­ge­ment en main quand ils ne col­la­borent pas déjà ensembles et exploitent des don­nées cap­tées par leurs sys­tèmes res­pec­tifs, notam­ment dans la traque de ter­ro­ristes potentiels.

Mais pour le théâtre de la poli­tique, les chefs d’Etats doivent jouer les vierges effa­rou­chées ! Ce sont sur­tout les orga­ni­sa­tions de défense des citoyens ou de la vie pri­vée qui se sont le plus rebif­fées. La Qua­dra­ture du Net défend ainsi le sort d’Edward Snow­den, l’employé amé­ri­cain de Booz & Allen à l’origine des fuites sur PRISM. Sa dif­fi­culté récente à trou­ver un pays d’asile témoigne de l’embarras des pays occi­den­taux face à l’allié américain !

On a même vu des articles presse expli­quant aux Inter­nautes com­ment éviter de voir leurs com­mu­ni­ca­tions Inter­net espion­nées par la NSA. Jusqu’à recom­man­der d’arrêter d’utiliser Google ou Face­book.

Là-dessus, les jour­na­listes ont un peu enquêté du côté fran­çais en se disant à juste titre que les pra­tiques de la NSA ne devaient pas rele­ver de l’exception. Et on s’est rap­pelé de l’existence de pro­grammes simi­laires en Europe et notam­ment en France. Cf “Fren­che­leon, la DGSE est en pre­mière divi­sion”, “Révé­la­tions sur le big bro­ther fran­çais” ou “La DGSE écoute le monde (et les fran­çais) depuis 30 ans”.

Les dif­fé­rences entre les pra­tiques de la DGSE et de la NSA ? Elles se situent au niveau des moyens, bien plus impor­tants aux USA (x10 à x20) et dans l’arsenal juri­dique qui encadre – ou pas – ces sys­tèmes d’écoute. Aux USA, il s’agit de la loi FISA (Foreign Intel­li­gence Sur­veillance Act) qui per­met de sur­veiller les étran­gers, et théo­ri­que­ment pas les citoyens des USA (cf l’excellent fiche Wiki­pe­dia sur PRISM). En France, les lois concer­nées sont mul­tiples et dis­pa­rates, et on trouve diverses dis­po­si­tions dans la LCEN et la LOPPSI 2.

Les simi­li­tudes : des moyens tech­niques voi­sins et une mutua­li­sa­tion des sys­tèmes d‘écoute par l’ensemble des orga­ni­sa­tions du ren­sei­gne­ment fran­çais (DCRI, DGSE, DRM, Douanes, etc). Ces grandes oreilles sont opé­rées par la Direc­tion Tech­nique de la DGSE qui repré­sen­te­rait plus de la la moi­tié de ses effec­tifs, soit envi­ron 2000 per­sonnes. La France n’a pas l’avantage des USA d’avoir ses grosses artères Inter­net connec­tées au reste du monde. Mais tout de même, les nôtres sont reliées aux pays avoi­si­nants et à ceux de la médi­ter­ra­née et qui plus est nous sommes pré­sents dans diverses régions du monde via nos DOM/TOM. Mais l’histoire ne dit pas encore si la DGSE inter­cepte en temps réel les com­mu­ni­ca­tions des opé­ra­teurs télé­coms comme la NSA le fait dans les centres des Baby Bells “RBOC”.

Quid des rela­tions entre les ser­vices fran­çais et les acteurs du numé­rique ? Là-aussi, elles existent et ce, depuis des années. Les grands acteurs sont tenus à diverses obli­ga­tions que nous allons ici rappeler.

  • Les opé­ra­teurs télé­coms fran­çais mettent en place des écoutes ciblées par dizaines de mil­liers chaque année. Elles sont lan­cées sur com­mis­sions roga­toires de la jus­tice. Il y a plu­sieurs per­sonnes en charge de les lan­cer chez cha­cun des grands opé­ra­teurs. Cela concerne les menaces ter­ro­ristes (via demandes de la DCRI) mais aussi la grande délin­quance et toutes sortes d’enquêtes judi­ciaires en cours. Ces inter­cep­tions concernent l’ensemble des com­mu­ni­ca­tions tran­si­tant via les opé­ra­teurs : télé­pho­nie fixe et mobile, VOIP, tran­sits Inter­net, sites visi­tés. Elles donnent lieu à un ver­se­ment d’une com­pen­sa­tion du Minis­tère de la Justice.
  • Diverses lois régissent la manière dont les uti­li­sa­teurs cryptent leurs don­nées numé­riques. La LCEN (Loi sur la Confiance dans l’Economie Numé­rique) de 2004 per­met ce cryp­tage mais impose de four­nir aux auto­ri­tés, notam­ment judi­ciaires, toutes les clés de cryp­tage uti­li­sées. Leur taille n’est plus limi­tée. La LOPPSI 2 votée en 2011 (loi d’orientation et de pro­gram­ma­tion pour la per­for­mance de la sécu­rité inté­rieure) auto­rise la police sous contrôle judi­ciaire d’utiliser tout moyen pour s’introduire dans les ordi­na­teurs de per­sonnes sus­pec­tées de crimes graves, de tra­fic d’armes et de stu­pé­fiants, de blan­chis­se­ment d’argent ou d’aide à l’immigration illé­gale. Evi­dem­ment… sans le consen­te­ment des pro­prié­taires des ordi­na­teurs en question !
  • Les dis­po­si­tions sur la sécu­rité infor­ma­tique rela­tives au cryp­tage des don­nées et des liai­sons sont gérées par l’ANSSI, l’Agence Natio­nale de la Sécu­rité des Sys­tèmes d’Information. Cette agence, ancien­ne­ment DCSSI, dépend du Secré­ta­riat Géné­ral de la Défense et de la Sécu­rité Natio­nale (SGDSN, ancien­ne­ment SGDN). Elle sou­met la mise sur le mar­ché fran­çais et l’exportation de logi­ciels de cryp­tage à une demande préalable.

logo_anssi_plein_entete

  • D’un point de vue pra­tique, ces contrôles imposent aux éditeurs de logi­ciels de four­nir à l’ANSSI les moyens tech­niques de déco­der les fichiers encryp­tés par ces logi­ciels. Cela concerne notam­ment les usuels for­mats Office lorsque l’on y adjoint un mot de passe (une pro­tec­tion très très légère). Cette capa­cité per­met ainsi à la Police Judi­ciaire, entre autres organes dépen­dant de l’Etat, de décryp­ter cer­taines des don­nées récu­pé­rées sur des disques durs sai­sis auprès de per­sonnes sus­pectes de délits.
  • L’ANSSI dis­pose même des codes sources des sys­tèmes d’exploitation pro­prié­taires tels que ceux de Win­dows pour les exa­mi­ner à volonté et ce depuis près de 10 ans. L’histoire ne dit pas si l’ANSSI dis­pose de ceux de l’intégralité de MacOS. D’un point de vue pra­tique, cela met Win­dows presque sur un pieds d’égalité par rap­port à Linux dont le code est open source (mais pas celui de toutes les appli­ca­tions que l’on exploite des­sus). Presque car le nombre de per­sonnes qui sont à même d’examiner le code source de Win­dows est pro­ba­ble­ment bien infé­rieur à ceux qui décor­tiquent celui de Linux.
  • L’ANSSI est mise au cou­rant par les grands éditeurs, dont Micro­soft, des vul­né­ra­bi­li­tés concer­nant leurs logi­ciels, et avant le mar­ché. Cela leur donne à la fois de l’avance pour se pro­té­ger, mais aussi pour exploi­ter ces failles. Les agences de ren­sei­gne­ment n’ont pas besoin de mythiques portes déro­bées dédiées ! Il leur suf­fit d’exploiter les nom­breuses failles iden­ti­fiées, le plus en amont pos­sible. Les ordi­na­teurs de la “base ins­tal­lée”, y com­pris de délin­quants, ne sont pas tou­jours suf­fi­sam­ment pro­té­gés et les der­nières mises à jour n’y sont pas tou­jours ins­tal­lées régu­liè­re­ment. C’est aussi le cas de nom­breux ordi­na­teurs d’entreprises pou­vant être la cible d’activités de ren­sei­gne­ment écono­mique, notam­ment dans les PME industrielles.

Face à cet arse­nal, les délin­quants de tout poil peuvent évidem­ment éviter de voir leurs com­mu­ni­ca­tions déchif­frées. Ils peuvent soit cacher leurs mes­sages dans des conte­nus ano­dins, comme avec les tech­niques de sté­ga­no­gra­phie qui servent à plan­quer des mes­sages dans des images. Soit, il peuvent cryp­ter for­te­ment leurs don­nées avec des clés qui ne sont pas four­nies à l’Etat fran­çais. Ils peuvent aussi uti­li­ser un tun­nel VPN for­te­ment crypté pour les com­mu­ni­ca­tions de machine à machine. C’est là qu’interviennent les spé­cia­listes du déchif­fre­ment de la DGSE, très gour­mande en mathé­ma­ti­ciens de haut vol.

Comme l’a écrit Eric Schmidt dans son der­nier livre “The New Digi­tal Age: Resha­ping the Future of People, Nations and Busi­ness”, se cacher sur Inter­net devien­dra sus­pect. C’est d’ailleurs l’un des fac­teurs qui a per­mis de retrou­ver Ben Laden à Abbot­ta­bad en 2011. Sa grande mai­son n’était pas connec­tée à Inter­net et n’émettait aucune onde élec­tro­ma­gné­tique ! Ce vide était louche. A contra­rio, l’usage de VPNs et de don­nées for­te­ment cryp­tées, pas faciles à cas­ser pour les grandes clés, sont tout aussi louches. Dans ce cas, les ser­vices de ren­sei­gne­ment s’intéresseront aux infor­ma­tions sur les ter­mi­nai­sons de ces com­mu­ni­ca­tions : qui émet quoi et reçoit des infor­ma­tions à quel endroit. Ce sont déjà des infor­ma­tions de grande valeur ! En quelques sortes, le graphe social des criminels !

Faut-il s’inquiéter ?

Deux argu­ments s’opposent : d’un côté celui selon lequel le ren­sei­gne­ment est utile pour pré­ser­ver l’état de la société et de l’autre celui selon lequel toute forme d’espionnage des citoyens est liberticide.

D’un point de vue pra­tique, votre vie pri­vée n’intéresse pas du tout la NSA ou la DGSE sauf si vous menez des acti­vi­tés poten­tiel­le­ment dan­ge­reuses pour la sécu­rité des pays concer­nés. Dans le reste des cas, c’est-à-dire, 99,999% des situa­tions, la NSA et la DGSE se tapent de vos faits et gestes comme de l’an 40 ! C’est un argu­men­taire qui ne jus­ti­fie rien, mais qui per­met de rela­ti­vi­ser les menaces. Pour l’instant.

Sans être délin­quants, vous êtes par contre concer­nés et poten­tiel­le­ment vul­né­rables si vous déte­nez des secrets indus­triels ou poli­tiques. Les dis­po­si­tifs de ren­sei­gne­ment sont uti­li­sés pas seule­ment pour pré­ve­nir des menaces ter­ro­ristes mais aussi pour faire du ren­sei­gne­ment poli­tique et écono­mique actif. C’est à ce titre que l’ANSSI four­nit des recom­man­da­tions aux orga­nismes publics et aux entre­prises indus­trielles fran­çaises pour leur per­mettre de se protéger.

Il y a aussi le “big bro­ther” dont on ne parle jamais : les hyper­mar­chés qui savent ce que vous ache­tez et les banques qui en savent autant, sans comp­ter les orga­nismes de santé qui en savent aussi beau­coup sur vous. Les don­nées qu’ils col­lectent sur nous sont rare­ment bien uti­li­sées et les lois fran­çaises ainsi que la CNIL nous pro­tègent de rap­pro­che­ments entre les bases correspondantes.

Ce n’est pas faute d’envie, mais plu­tôt de moyens, d’outils adap­tés et de savoir faire. On a beau nous abreu­ver de concepts “big data” depuis au moins deux ans et de “mar­ke­ting 1 to 1” depuis encore plus long­temps, la mise en pra­tique dans les grandes entre­prises est bien rare. Le virus de la recom­man­da­tion de pro­duits n’a pas encore atteint ces acteurs. On se contente d’en béné­fi­cier dans les sys­tèmes de vidéo à la demande ou avec les publi­ci­tés plus ou moins bien ciblées sur Inter­net (via AdWords, ou le re-ciblage sauce Critéo).

Autre menace : les ser­vices en ligne pour qui la vie pri­vée est une valeur rela­tive mal­gré toutes les décla­ra­tions de bonnes inten­tions. Les risques sont réels avec Face­book qui change ses règles d’utilisation comme de che­mise et où l’on ne sait jamais clai­re­ment ce qui est public ou pas dedans tant son inter­face uti­li­sa­teur est deve­nue com­pli­quée. C’est pareil dans Google+, dans Fli­ckr, et tout un tas de ser­vices en ligne. Là encore, la pru­dence est de mise concer­nant les traces de votre vie que vous lais­ser dans ces ser­vices ou que d’autres y laissent concer­nant votre vie.

Der­nière menace et non des moindres : l’Etat qui sait tout et voit tout de nos gestes et nous répri­mande à la moindre incar­tade. L’Etat omni­pré­sent qui fait res­pec­ter la loi à 100%. Le res­pect à 100% des lois pré­pa­rées par nos gou­ver­ne­ment libre­ment choi­sis et votées léga­le­ment par nos repré­sen­tants tout aussi choi­sis au suf­frage uni­ver­sel peut pour­tant être liber­ti­cide. Dura lex sed lex, mais trop de lois tue la loi et le peuple ! Dif­fi­cile de conci­lier sécu­rité et liberté. La loi du même nom de début 1981 votée à la fin du sep­ten­nat de Valéry Gis­card d’Estaing conte­nait plus de mesures sur la sécu­rité que sur les libertés !

Pre­nons comme exemple les radars rou­tiers qui enqui­quinent pas mal de conduc­teurs. Leur concept pour­rait s’étendre à tout un tas d’activités. Et pour­quoi s’embêter avec des radars ? Il suf­fi­rait dans un monde ultra-répressif d’installer des boites noires dans les voi­tures, comme dans les camions. Elles mesu­re­raient les coor­don­nées GPS de nos dépla­ce­ments et la vitesse cor­res­pon­dante. En temps réel ou en dif­féré, on pour­rait rece­voir une amende men­sua­li­sée inté­grant nos inévi­tables dépas­se­ments de vitesse et autre vio­la­tions de prio­ri­tés, stops et feux rouges. Le sys­tème rédui­rait nos points de per­mis d’autant. Ce genre de sur­veillance per­ma­nente deman­de­rait une puni­tion moins ponc­tuelle pour les dépas­se­ments. Elle serait “moyen­née” et reflè­te­rait notre style de conduite dans la durée et pas seule­ment dans le pas­sage “piège” de la route qui passe subrep­ti­ce­ment de 70 km/h à 50 km/h sans for­cé­ment prévenir.

Radars troncons
Ce concept est d’ailleurs déjà opé­ra­tion­nel en France avec plus de 50 radars tron­çons qui mesurent votre vitesse moyenne sur un tron­çon de route. Ce n’est pas de la science fic­tion ! Est-ce accep­table ? Pas évident ! Est-ce plus juste que les amendes ponc­tuelles ? A médi­ter… ! Mais la ques­tion ne se posera plus dans 10 ou 20 ans quand nous uti­li­se­rons des voi­tures à conduite auto­ma­tique ! Elles seront pro­ba­ble­ment pro­gram­mées pour res­pec­ter scru­pu­leu­se­ment le code de la route.

Le risque est cepen­dant là : la mesure per­ma­nente de nos faits et gestes, en ligne ou hors ligne. Tout ce qui se mesure et se trans­met numé­ri­que­ment est poten­tiel­le­ment liber­ti­cide. Et les objets connec­tés cou­plés au big data et au cloud per­met­tront de sur­mul­ti­plier ces scé­na­rios. Cela pour­rait abou­tir à la péna­li­sa­tion de tous les erre­ments, petits ou grands, ponc­tuels ou moyen­nés. Les objets connec­tés, le quan­ti­fied self, la com­mu­ni­ca­tion ”machine to machine”, la vidéo­sur­veillance à tout va et tout le tou­tim peuvent géné­rer ce genre de dérives. Au niveau des Etats comme dans les entre­prises, aussi poten­tiel­le­ment friandes de métri­qui­sa­tion des acti­vi­tés de leurs salariés.

Toutes ces dérives poten­tielles ou avé­rées sont plus inquié­tantes que PRISM et la NSA ! Il est donc bon de res­ter vigilant.

PS : je vais ralen­tir le rythme de publi­ca­tion pen­dant ces deux mois d’été… et plus que d’habitude. Besoin d’un peu de repos !

Olivier-ezratty1

Olivier Ezratty est consultant en Nouvelles Technologies et auteur du blog Opinions Libres

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Bouton retour en haut de la page

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media