ActualitéEurope

Fin de l’aventure américaine pour Vente Privée

L’aventure n’était pas annoncée comme facile, Jacques Antoine Granjon avait d’ailleurs préféré s’associer à l’américain American Express pour passer l’Atlantique. La joint venture s’est réalisée sur une base 50/50 avec pour chacun, un apport initial de près de 20 millions de dollars. Budget total: entre 35 et 40 M$.

Malgré un chiffre d’affaires de plus de 50 millions de dollars en 2013, le modèle économique est trop dispendieux pour Vente Privée, qui préfère aujourd’hui se concentrer sur son développement européen. Ce sera d’ailleurs le seul commentaire de la société sur son site.

Cela étant, si comme le précisait Jacques Antoine Granjon, Vente Privée US sera créée « avec, par et pour des Américains », les relations semblent ne pas avoir été au beau fixe avec le management américain, ce qui causa le départ de bon nombre d’entre eux à l’instar de Robin Domeniconi, Jill Szuchmacher ou encore Michael Steib. Fortune relate également des dissensions avec American Express quant à la gouvernance de l’entreprise.

La décision de mettre fin à l’aventure aurait été prise alors que Vente Privée bénéficiait d’une option de rachat des parts détenues par American Express, en raison du départ Dan Schulman comme CEO chez Paypal. Option qui n’aurait pas été retenue par Vente Privée et a amené à la décision commune de clôturer les activités de la société à la fin de l’année.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Fin de l’aventure américaine pour Vente Privée
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer