AcquisitionActualitéBusinessEuropeFinTechInvestissements

FinTech : après Lengow, le fonds américain Marlin Equity Partners s’offre iBanFirst

Interview de Pierre-Antoine Dusoulier, fondateur et CEO d’iBanFirst

Un an après avoir levé 21 millions d’euros, iBanFirst annonce un accord de growth capital avec le fonds américain Marlin Equity Partners, qui a notamment racheté la société e-commerce nantaise Lengow en début d’année. A cette occasion, ce dernier devient l’actionnaire majoritaire de la FinTech franco-belge, spécialisée dans les paiements transfrontaliers B2B à destination des PME et des ETI, devant Pierre-Antoine Dusoulier, fondateur et CEO d’iBanFirst. Plusieurs investisseurs historiques, à l’image d’Elaia, de Bpifrance et de Xavier Niel, ont également renouvelé leur soutien à la société dans le cadre de ce nouvel accord, qui intervient après 46 millions d’euros levés par l’entreprise dans le circuit traditionnel du capital-risque. Les modalités financières de cette acquisition n’ont pas été dévoilées.

Avec le growth capital, un mécanisme de financement souvent utilisé aux États-Unis mais encore assez rarement en Europe, la FinTech franco-belge s’offre un levier de financement durable pour son développement sur le long terme. A mi-chemin entre venture capital et LBO, le growth capital va en effet permettre à la société d’accélérer sa croissance pour devenir une véritable scale-up à part entière. «On est en forte croissance et proche de l’Ebitda positif, ce qui nous permet de mettre un peu de dette dans cette opération et de lever de la dette pour le futur», explique Pierre-Antoine Dusoulier. Et d’ajouter : «L’accord de growth capital conclu avec Marlin est une étape importante dans l’évolution d’iBanFirst, qui accélérera considérablement notre développement international tout en facilitant une croissance soutenue de notre chiffre d’affaires.»

Écoutez notre échange avec Pierre-Antoine Dusoulier au sujet de ce rachat :

La croissance externe comme levier à l’international 

Lancée en 2013 par Pierre-Antoine Dusoulier, qui a notamment dirigé le courtier Saxo Banque France, iBanFirst a développé une plateforme BaaS (Banking-as-a-Service) de services financiers pour aider les PME et les ETI en leur permettant de réaliser facilement des transactions multi-devises. Avec sa solution, qui repose sur son propre «core banking», la FinTech indique qu’elle permet l’envoi et la réception de paiements dans plus de 30 devises, ainsi que la couverture des risques de change. 

En pleine accélération avec la crise du coronavirus, qui a accéléré la digitalisation des échanges financiers B2B, iBanFirst va pouvoir s’appuyer sur la force de frappe de Marlin Equity Partners (7,5 milliards de dollars d’actifs sous gestion) pour s’étendre à l’international, notamment en Europe centrale et Europe de l’Est, et réaliser des acquisitions sur des marchés clés, comme le Royaume-Uni, pour doper son chiffre d’affaires. Fin 2019, iBanFirst avais déjà mis la main sur deux concurrents fin 2019, NBWM aux Pays-Bas et Forexfix en Allemagne. Au second semestre 2020, la FinTech franco-belge a également ouvert un nouveau bureau à Munich et un centre de R&D supplémentaire à Tunis. «La société entre aujourd’hui dans une nouvelle phase de croissance pleine de promesses, portée par l’ouverture à venir de nouveaux bureaux et une accélération de la croissance externe avec le soutien de poids de Marlin Equity», indique Damien Launoy de Bpifrance Large Venture.

Bouton retour en haut de la page
FinTech : après Lengow, le fonds américain Marlin Equity Partners s’offre iBanFirst
Sorare signe la plus grosse levée de fonds de la French Tech avec une série B de 680 millions de dollars
Patrick Drahi
Altice (SFR) s’offre l’opérateur français Coriolis pour 415 millions d’euros
google
Censure: pourquoi l’emprise d’Apple et Google sur l’économie mobile menace les droits humains
OVHcloud entame son IPO à la Bourse de Paris
Marketing, développement, fonctions commerciales…: quels sont les salaires dans le digital?
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État