/ Brand ContentRHTech

Le système d’information, l’arme secrète des PME pour tirer profit du rebond post-crise

[Contenu réalisé en partenariat avec Cegid]

C’est une évidence, la crise du coronavirus a considérablement accéléré la transformation digitale des entreprises. Mais si les plus grandes ont accès à des ressources financières et techniques conséquentes pour moderniser, digitaliser et automatiser leurs processus opérationnels, les plus petites, notamment les TPE et les PME, peuvent rapidement se retrouver avec des moyens limités, ce qui peut les pénaliser pour rivaliser avec la concurrence et surmonter les difficultés économiques.

Cependant, il est possible de lever les barrières permettant l’accès aux infrastructures nécessaires à l’adoption d’innovations. Ce remède, c’est le cloud, grand gagnant de la crise du coronavirus. «Le cloud gomme tout cela, d’un revers de la main, et offre les clés d’accès à un ensemble de technologies digitales», estime Norbert Jamet, Product Marketing Manager ERP chez Cegid. Car au-delà de permettre de basculer tous les collaborateurs d’une entreprise en télétravail pour leur permettre d’accéder en un clic à tous leurs documents et outils, cette technologie peut être un levier efficace pour propager l’innovation dans l’entreprise, et par ricochet doper son activité pour augmenter ses revenus. Un levier d’autant plus puissant alors que se dessine de plus en plus concrètement la sortie de crise.

Le cloud, une aubaine pour développer une approche collaborative

Le cloud peut notamment se révéler très utile pour décupler la force de frappe du système d’information. Il s’agit d’une mine d’or étant donné toutes les informations qu’il concentre, mais encore faut-il pouvoir exploiter pleinement son potentiel. Et pour maximiser l’utilité d’un système d’information, il faut qu’il soit flexible, de manière à répondre aux besoins des différentes composantes d’une entreprise. «L’enjeu majeur pour beaucoup d’entreprises, c’est d’être au rendez-vous du rebond post-crise. Et cela va passer par l’agilité qu’elles auront au niveau de leur système d’information pour saisir les opportunités qui vont se présenter. Concrètement, cela implique de passer par un système d’information rénové, repensé», explique Norbert Jamet.

Aux premières loges de la transformation digitale des entreprises depuis près de quatre décennies, l’éditeur lyonnais de logiciels a rapidement perçu l’intérêt d’inclure le cloud dans l’équation des systèmes d’information. Devant les défis sans précédent auxquels sont confrontés les PME, Cegid a donc décidé d’innover en lançant il y a près de deux ans sa solution Cegid XRP Flex, qui permet d’avoir un cœur de gestion nativement conçu dans le cloud. Que cela soit dans sa dimension technique ou économique, elle est axée sur une approche collaborative. En effet, la solution permet d’ouvrir le système de gestion à l’écosystème de l’entreprise avec des accès spécifiques pour les clients, les fournisseurs, les partenaires ou les prestataires. Et une meilleure collaboration, cela engendre une meilleure compréhension de chaque partie prenante, de manière à créer un cercle vertueux qui s’en ressentira sur l’activité et donc sur le chiffre d’affaires. «La révolution digitale, elle est à portée de main pour toutes les entreprises grâce à Cegid XRP Flex», conclut Norbert Jamet.

Retrouvez l’interview de Norbert Jamet, Product Marketing Manager ERP chez Cegid :

FrenchWeb

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Le système d’information, l’arme secrète des PME pour tirer profit du rebond post-crise
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer
En France, le capital-investissement atteint des records au premier semestre
À quelques jours de son introduction en Bourse, OVHcloud subit une panne géante
Ce qu’il faut savoir avant de mettre en place un ERP
Cédric O : «Le plan France 2030 fait très largement le pari des startups»