ActualitéBusinessFinTechHR TechInvestissementsLes levées de fonds

FinTech : Upflow lève 15 millions de dollars après son passage chez Y Combinator

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Avec la crise du coronavirus, la modernisation des paiements B2B s’est imposée comme une nécessité pour les entreprises du monde entier. Pour accélérer cette transformation, de nombreux acteurs de la FinTech ont vu le jour ces dernières années. C’est le cas notamment d’Upflow, start-up née dans le giron d’eFounders.

Initialement positionnée sur la gestion des factures impayées, la société veut aller plus loin dans son approche en épaulant les entreprises dans la manière dont elles se sont payer. Dans ce cadre, Upflow annonce une série A de 15 millions de dollars auprès de 9yards Capital et d’eFounders, le start-up studio franco-belge de Thibaud Elzière et Quentin Nickmans au sein duquel l’entreprise a vu le jour.

Des business angels, notamment Maximilian Tayenthal, co-fondateur de la néobanque allemande N26, et Pierre-Dimitri Gore-Coty, le patron d’Uber Eats, ont également participé à l’opération. Celle-ci intervient moins de deux ans après une levée d’amorçage de 2,5 millions d’euros réalisée auprès de Kima Venturesle fonds de Xavier Niel dirigé par Jean de La Rochebrochard, et d’eFounders.

Écoutez notre échange avec Alexandre Louisy, co-fondateur et CEO d’Upflow :

«Révolutionner la façon dont les entreprises sont payées»

Fondée fin 2018 par Alexandre Louisy et Barnaby Malet, la société a développé une solution SaaS afin d’optimiser la gestion des factures impayées, du suivi à la relance systématisée. Celle-ci est couplée à un compte de paiement pour automatiser le suivi des paiements et permettre aux entreprises de se faire payer par virement, prélèvement ou carte bancaire. Pour élargir sa vision de départ, la start-up a notamment passé trois mois à San Francisco au sein du prestigieux accélérateur américain Y Combinator (Airbnb, Dropbox, Stripe, DoorDash…). Au-delà de repenser son approche, ce passage chez Y Combinator a permis à l’entreprise d’entrer sur le marché américain. A l’occasion de ce nouveau tour de table, elle annonce d’ailleurs l’ouverture d’un bureau à New York. Upflow indique traiter désormais plus de 200 millions de dollars de factures par mois.

«Nous avons pour mission de révolutionner la façon dont les entreprises sont payées. Chez Upflow, nous offrons un solution qui ajoute de la connectivité et de la clarté à la pile de paiement et de facturation d’une entreprise», indique Alexandre Louisy, co-fondateur et CEO d’Upflow. Avant d’ajouter : «Les retards de paiement sont un problème technologique, car les paiements B2B n’ont pas changé depuis des décennies. Aux États-Unis, une énorme quantité de paiements B2B est basée sur des chèques papier, et en Europe, même le logiciel comptable le plus moderne ne génère qu’une facture PDF. Il appartient toujours au client de saisir manuellement ses coordonnées bancaires et d’effectuer le paiement. Tous ces processus avec des frictions élevées contribuent aux retards de paiement. En repensant l’ensemble du processus, nous libérons un fonds de roulement important, et donc une croissance, pour ces entreprises.»

Upflow : les données clés

Fondateurs : Alexandre Louisy et Barnaby Malet
Création : 2018
Siège social : Paris
Secteur : FinTech
Activité : plateforme de gestion des paiements des entreprises


Financement : 15 millions de dollars en juin 2021, 2,5 millions d’euros en amorçage en septembre 2019…

Bouton retour en haut de la page
FinTech : Upflow lève 15 millions de dollars après son passage chez Y Combinator
CarTech : face à Vroomly, Idgarages lève 8 millions d’euros
Retail: Rent the Runway lève 357 millions de dollars pour son IPO
Réalité augmentée: après le succès de « Pokémon Go », Nintendo veut réitérer l’exploit
Marketing : pourquoi D-AIM fusionne avec Splio
Buy now, pay later: Stripe et Klarna s’associent pour dominer le marché du paiement fractionné
Cloud: Amazon a conclu un contrat avec les services secrets britanniques estimé jusqu’à 1 milliard de livres