ActualitéAsieLes levées de fondsTech

Google Capital réalise son premier investissement en Chine avec InnoLight

InnoLight Technology vient de lever 38 millions de dollars auprès de Google Capital – qui réalise ainsi son premier investissement en Chine, et son second en Asie – et Lightspeed China Partners. La société développe des émetteurs-récepteurs optiques à grande vitesse, notamment pour les centres de données. Un produit particulièrement utile pour Google qui doit gérer des quantités toujours plus importantes de données.

« La technologie d’InnoLight est particulièrement bien placée pour les environnements de datacenters de prochaine génération » explique Gene Frantz de Google Capital. « InnoLight a connu une croissance spectaculaire au cours des trois dernières années, en doublant presque ses revenus chaque année. Nous sommes maintenant un chef de file dans les émetteurs-récepteurs optiques 40 Gbps (…). Grâce à cet investissement de série C, nous allons continuer à renforcer notre leadership technologique et étendre la capacité de production pour soutenir la croissance rapide de l’industrie du cloud computing » ajoute Sheng Liu, PDG d’InnoLight.

Fondée en avril 2008 par Osa Mok, Hsing Kung, et Sheng Liu, InnoLight, basée à Suzhou, en Chine, a initialement été soutenue par China-Singapore Suzhou Industrial Park Ventures.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Google Capital réalise son premier investissement en Chine avec InnoLight
DoorDash
FoodTech: le livreur DoorDash vise une valorisation d’au moins 25 milliards de dollars
FinTech
Qonto, Swile, Lydia… : les levées de fonds de l’année 2020 dans la FinTech
Comment Monext mise sur la personnalisation des services de paiement
TousAntiCovid: l’app de traçage passe le cap des 10 millions d’utilisateurs
Palantir
[DECODE Market] Palantir, Ant Group et Altice Europe : 3 destins très différents sur les marchés boursiers
Libra: après les polémiques, quelle trajectoire pour le projet de Facebook?