ActualitéIndustrieTech

Google souhaite s’envoler dans l’espace avec Virgin Galactic

Google aurait la tête dans les étoiles et serait en discussion avec Richard Branson pour acheter des parts dans Virgin Galactic, selon la chaîne d’information britannique Sky News. Plus terre à terre, la firme de Mountain View souhaiterait surtout mettre la main sur la technologie de lancement de satellite de la société, et accélérer son développement par la suite avec des moyens plus conséquents . L’opération serait de l’ordre de 17,5 millions de livres, soit 21 millions d’euros, pour 1,5% du capital, ce qui valoriserait l’entité à plus de 1,2 milliard de dollars.

Début juin, on apprenait déjà que Google souhaiterait déployer 180 satellites dans le monde pour connecter à Internet les régions mal ou peu desservies, et compléter ainsi son Project Loon qui vise à relier à Internet des régions par le biais de ballons en haute altitude. Un projet sur lequel la firme est en concurrence avec Facebook. Il y a quatre jours, Google a confirmé l’acquisition de Skybox Imaging, une firme californienne spécialisée dans la fabrication de microsatellites d’imagerie à haute résolution, pour 500 millions de dollars.

Fondée en 2004 par Richard Branson, Virgin Galactic offre des vols orbitaux pour les « touristes ». Ceux-ci sont commercialisés 250 000 dollars l’unité.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Google souhaite s’envoler dans l’espace avec Virgin Galactic
E-commerce: StockX lève 255 millions de dollars pour une valorisation à 3,8 milliards de dollars
Jeux vidéo
Gaming: le CNC consacrera 4,2 millions d’euros pour les créateurs de jeux vidéo en 2021
Fuites, piratages… : comment éviter que nos données circulent?
«Ma classe à la maison»: la plateforme du CNED de nouveau ciblée par des cyberattaques
Radio France
Face aux géants du streaming, les radios françaises font leur révolution numérique
Michel Devoret Yale Quantum
[DECODE Quantum] A la rencontre de Michel Devoret, Directeur du laboratoire de nanofabrication en physique appliquée de l’Université de Yale