A la uneActualitéDesignTech

Google va présenter son offre mobile 100% WiFi aux États-Unis

Google met un pied de plus dans l’univers des télécoms. Après deux ans de réflexion sur le sujet, la firme doit présenter une offre 100% wifi disponible en partenariat avec les opérateurs Sprint et T-Mobile, selon les informations du Wall Street Journal. Disponible aux États-Unis, l’offre ne facturera que la consommation de données mobiles de l’abonné. Dans un premier temps, elle ne sera vendue que sur le Google Nexus 6 de la marque. L’offre doit permettre de surfer sur Internet mais aussi de passer des appels.

Aux États-Unis, où le prix du wifi est loin d’être bon marché (en moyenne de 100 dollars par mois), l’enjeu pour Google est donc de proposer des offres plus compétitives. Google veut aussi se positionner sur un marché en plein essor outre-Atlantique, à l’image des nouvelles start-up qui proposent des offres 100% wifi. Ces MVNO, tels FreedomPop (voir le Start-Up Concept), Republic Wireless ou Bandwith.com qui bousculent les acteurs télécoms traditionnels.

A terme, Google pourrait bien venir disrupter le marché du wifi, de la même manière qu’il compte le faire avec son offre Internet haut débit Google Fiber.

fotolia

La chronique Design est sponsorisée par Fotolia, banque d’images, vecteurs et vidéos libres de droits.

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Google va présenter son offre mobile 100% WiFi aux États-Unis
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?