ActualitéBusinessTech

[Infographie] Une imprimante 3D par personne d’ici à 2040?

Proposée par l’agence Neo Mammalian Studios, l’infographie ci-dessous complète l’étude réalisée par le cabinet de conseil Hub Institute et présentée ce matin par FrenchWeb sur la révolution de l’impression en 3D.

De plus en plus perfectionnées, les imprimantes 3D permettent aujourd’hui de nombreuses réalisations, des pièces industrielles à la nourriture en passant par des armes ou des vêtements… L’infographie nous en apprend plus sur la répartition entre ces différentes applications en fonction de l’utilisation des imprimantes 3D par les industriels ou les simples amateurs:

Pour les industriels, l’intérêt de l’impression 3D réside dans les gains de temps de production réalisés, principalement pour la création de pièces de moteurs (31,7% des cas), des produits de consommation courante (18,4%) mais aussi dans le domaine médical (8,8%) ou même militaire (5,5%).

Les amateurs utilisent eux l’impression 3D pour produire principalement des objets utilitaires (14% des cas), artistiques (14%), éducatifs (13%) ou des pièces de rechange (13%).

L’agence Neo Mammalian Studios analyse ensuite, au travers de la courbe d’adoption de Everett Rogers, l’évolution de l’équipement des foyers en ordinateurs entre les années 80 et aujourd’hui pour prédire que, d’ici à 2040, chaque foyer aura sa propre imprimante 3D.

fb7f73fe7219665c0176dc9e39c9acb5

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Infographie] Une imprimante 3D par personne d’ici à 2040?
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer