Actualité

La chronique de la Silicon Valley par Alain Raynaud #11

Nouvel épisode de notre rendez-vous hebdomadaire avec Alain Raynaud, Directeur du Founder Institute Paris. Il est cette semaine devant le siège de Facebook à Palo Alto. Au sommaire :

  • Les dernières news californiennes sur l’introduction en bourse de Facebook
  • Thanksgiving et le succès du Black Friday la semaine dernière
  • SOPA (Stop Online Piracy Act), l’Hadopi américain que tout le monde deteste, sauf Hollywood !
  • Founder showcase: la performance de la start-up française I-Dispo et la rencontre avec les farfelus de Blueseed.co.

N’hésitez pas à nous dire en commentaire devant quel haut lieu de la Silicon Valley vous souhaitez qu’Alain Raynaud enregistre sa prochaine chronique. Il s’y rendra !

Tags
atelier-platform

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “La chronique de la Silicon Valley par Alain Raynaud #11”

  1. Oh, oui! Abordez le « start-up visa » dans votre prochaine chronique svp!
    ->Quand pensez-vous que le congrès votera cette loi?
    ->Pensez-vous qu’il s’agira d’un nouveau visa (E6), ou une sous-catégorie du visa E5 (ce qui impliquerait un quota)?

    Il est vrai qu’il serait temps que les Etats-Unis votent ce « start-up visa ». Je souhaite moi-même fonder ma start-up, et il est vrai que le faire à la Silicon Valley est très tentant. Le talent, les fonds, une législation accomodante (à la fois concernant les taxes et le code du travail) et la culture d’entreprise sont dans un même endroit. Sans oublier l’accès au marché américain.
    Il est certes vrai que l’Europe est maintenant dotée d’un marché commun. Cependant force est de constater que si une entreprise en Europe souhaite conquérir un marché d’un autre pays européen, cela lui demandera beaucoup de ressources puisque cet autre pays a une législation et souvent une langue différente. Alors que si une entreprise de Californie souhaite vendre son produit à Seattle par exemple, les entraves sont minimales.

    Enfin bref, Merci pour ces chroniques! Que demander de plus, si ce n’est qu’elles soient plus fréquentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This