Debrief de la semaineFrenchWeb BusinessLes émissions

Le Débrief de la semaine avec Julie Villet (Unibail-Rodamco-Westfield), Patrick Bertrand (Holnest Club) et Richard Menneveux (Decode Media)

Nouveau Débrief de la semaine avec Patrick Bertrand, ancien directeur général de Cegid, éditeur lyonnais spécialisé dans les services informatiques et les logiciels, et désormais à la tête du club de business angels Holnest Club, et Julie Villet, directrice d’UR Lab et RSE, l’entité qui pilote l’innovation du groupe Unibail-Rodamco-Westfield, leader mondial de l’immobilier commercial. Face à Richard Menneveux, le fondateur de Decode Media, ils reviennent sur l’actualité qui a rythmé ces derniers jours.

Au programme

  • L’évolution du marché du retail.
  • L’intégration du groupe Westfield au sein d’Unibail-Rodamco.
  • Le lancement du club de business angels Holnest Club, co-dirigé par Patrick Bertrand, Alexandre Aulas et son père Jean-Michel.
  • L’internationalisation des start-up françaises.
  • L’obsession de l’exit de certains entrepreneurs.
  • La montée en puissance de SoftBank au sein du capital de WeWork.
  • Le rejet du budget italien par la Commission européenne.
  • Le RGPD et la taxation des GAFA.
  • Le gaspillage alimentaire avec l’application Too Good To Go.

Avec Richard Menneveux (@rMen), fondateur et CEO de Decode Media.

L’agenda

Événements :

Webinars :

Emploi :

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Le Débrief de la semaine avec Julie Villet (Unibail-Rodamco-Westfield), Patrick Bertrand (Holnest Club) et Richard Menneveux (Decode Media)
Comment favoriser la créativité en entreprise?
Tourisme: comment adapter son offre aux télétravailleurs nomades?
Comment penser son commerce physique et en ligne avec le zéro déchet
Comment Respire s’appuie sur sa communauté pour co-créer ses produits
Comment Krys Group a refondu ses sites Internet pour s’adapter aux nouvelles attentes des clients dans l’optique
Pourquoi la génération Z est-elle adepte de la seconde main?