A la uneActualitéEurope

Les Lillois de Stereograph veulent s’imposer dans l’immobilier 3D

Le montant

Stereograph, l'éditeur de logiciels spécialisé dans l'imagerie 3D, a annoncé une levée de fonds de 500 000 euros auprès de actionnaires historiques (Pléiade Venture et Nord France Amorçage NFA) et de nouveaux tels le bureau d'étude Projex et la société de conseil Ineat. Didier Seillier, investisseur dans ce tour de table devient le nouveau Président de la société initalement créée en 2007 par trois entrepreneurs lillois.

Le marché

Le société travaille notamment sur des services d'imagerie, de vidéo ou de visite de bâtiment en 3D. Sa solution de pilotage et vision 3D s'adresse aux gestionnaires immobiliers et aux industriels. Elle leur vend la capacité à «gérer en temps réel les actifs immobiliers connectés», à l'heure des «smarts buildings et smart cities». Parmi ses clients figurent de grands comptes tels Total ou Immochan (filiale d'Auchan pour la gestion des centres commerciaux). Au départ, Stereograph est un studio de création qui a pivoté en 2014 vers l'édition de logiciels 3D. 

Les objectifs de la Start-up

Stereograph veut développer son offre commerciale basée sur une «plateforme de supervision et de pilotage 3D». En 2016, elle doit convaincre le marché européen, avant de pouvoir s'attaquer aux Etats-Unis au travers de sa filiale basée à San Francisco.

Siège: Lille (Euratechnologies)

Date de création: 2007

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Les Lillois de Stereograph veulent s’imposer dans l’immobilier 3D
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués