ActualitéEuropeFonds d'investissementLes levées de fondsTech

L’UE lance un fonds de 700 millions d’euros pour la robotique

L’Union Européenne a lancé mercredi 4 juin son fonds dédié au financement du secteur robotique, d’un montant de 700 millions d’euros. Rassemblés sous la bannière euRobotics, 180 entreprises et fonds de recherche européens complèteront cette enveloppe à hauteur de 2,1 milliards d’euros.

Cette initiative s’inscrit dans la politique européenne SPARC, destinée à augmenter de 42% par an (soit 4 milliards d’euros par an) la part européenne dans le marché mondial de la robotique qui devrait peser 60 milliards d’euros en 2020 selon les chiffres de la Commission européenne.

Le développement de la robotique concerne les secteurs de l’industrie, l’agriculture, la santé, les transports, la sécurité civile et la domotique (la robotique domestique). Sa promotion devrait permettre la création de 240 000 emplois en Europe toujours selon la Commission. Pourtant, certains secteurs devraient être touchés. Pourtant, à court terme, certains secteurs devraient être touchés.

La vice-présidente de la Comission européenne, et commissaire à la société numérique, Neelie Kroes déclare : « L’Europe a besoin d’être un producteur et pas seulement un consommateur de robots. Plutôt que de remplacer les humains, les robots réalisent des tâches que l’homme ne peut ou ne veut pas faire. Leur présence ne peut qu’améliorer notre qualité de vie et notre sécurité. Intégrer les robots dans l’industrie européenne nous permettra de créer et de conserver des emplois en Europe. »

De son côté, le Président de euRobotics Bernd Liepert indique : « SPARC renforcera la compétitivité de l’industrie robotique européenne. Les solutions d’automatisation avec des robots sont essentielles pour surmonter les changements sociétaux les plus pressants d’aujourd’hui, comme le changement démographique, la mobilité ou le développement d’une industrie durable. »

Le financement du fond SPARC est ouvert à toutes les entreprises et instituts de recherche européens. Le partenariat inauguré avec euRobotics a été signé le 17 décembre 2013. Le deuxième tour de cette levée de fonds sera lancé en octobre 2014, jusqu’en avril 2015.

En France, le premier fond d’investissement entièrement dédié à la robotique de service, Robotlution Capital, a levé 80 millions d’euros. Associé de Robotlution Capital, Bruno Bonnell l’avait présenté au ministère de l’Economie en présence d’Arnaud Montebourg. [ Voir l’interview M. Bonnell chez FrenchWeb dans notre émission Le débrief de la semaine en mars dernier]. Il réunit des acteurs publics avec la Bpi France (banque publique d’investissement, ndlr) et le FEI (le Fonds européen d’investissement, ndlr) ainsi que des acteurs privés comme AG2R La Mondiale, Orange, EDF, Thalès ou des entrepreneurs comme Marc Simoncini (fondateur de Meetic, ndlr).

« Le robot n’est pas l’ennemi de l’emploi, mais un fournisseur d’emplois » avait affirmé Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif avant d’ajouter : « nous avons moins de robots que les Allemands, et c’est nous qui avons plus de chômage » [lire notre article : 80 millions d’euros pour la robotique en France : « ces petites entreprises françaises vont bientôt devenir grandes » (Arnaud Montebourg)].

UE fond robotique infographie

Mathilde Hodouin

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
L’UE lance un fonds de 700 millions d’euros pour la robotique
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch
Pourquoi LGO, la plateforme crypto de Frédéric Montagnon, fusionne avec Voyager