A la uneActualitéActualité Start Me UpEdTechEuropeParisStart Me Up

Magic Makers lève 600 000 euros pour former toujours plus d’enfants au code

Le montant

La start-up Magic Makers a annoncé sa première levée de fonds de 600 000 euros auprès de Econocom (qui prend une participation de 21,64%), la société de services numériques détenue par Jen-Louis Bouchard, et d'investisseurs privés dont Francis Nappez (CTO de Blablacar). Créée en 2014 par Claude Terosier, la start-up revendique 1 500 enfants accompagnés autour de ses ateliers de code et de «programmation créative» qu'elle a développés.

Le marché

La société parisienne cible les enfants de 6 à 15 ans et se place donc avant les écoles privées existantes telle 42 ou Simplon.co à Montreuil. Elle fait d'ailleurs appel au jeu pour enseigner les premières bases de la programmation.

Les objectifs de la Start-up

Magic Makers emploie 12 collaborateurs et une dizaine d’animateurs à temps partiel. Ils sont chargés de soixante ateliers hebdomadaires à Paris et aux alentours ainsi qu’une trentaine de stages par période de vacances scolaires. « C’est un très beau jour pour Magic Makers. Cette levée va nous permettre d’accélérer notre développement et d'initier plus d’enfants à la programmation créative», indique l'entrepreneure Claude Terosier.

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. La Compagnie du hêtre, toute jeune société pyrénéenne, est contente d’avoir équipé les premiers bureaux de Magic Makers en mobilier 100 % massif ET « made in France »

  2. bravo à claude et à magic makers ! mais pour préciser un peu les choses : nous ne sommes pas une société privée mais un acteur de l’ESS, comme 42 qui est une association, en revanche Magic Makers oui c’est un business et il y a pas de souci avec ça… et côté simplon nous avons formé plus de 5000 enfants en 3 ans, et 90000 durant l’africa code week… allez bisous

Bouton retour en haut de la page
Magic Makers lève 600 000 euros pour former toujours plus d’enfants au code
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués