ActualitéMarketing & CommunicationMedia

Marketing: pourquoi il faut cibler les influenceurs (et pas seulement les journalistes)

Pour se faire connaître et faire découvrir ses produits, une entreprise faisait historiquement des «relations presse». Mais force est de constater que l’attention des consommateurs est de moins en moins portée vers les médias et de plus en plus vers les réseaux sociaux, les blogs…

Désormais, sans abandonner les traditionnelles sollicitations des journalistes, les marques ont tout intérêt à viser également les personnes influentes sur les réseaux sociaux. Pour cela il leur faut apprendre à repérer et interagir avec les personnes qui permettront de toucher la cible que l’on souhaite atteindre. La présentation ci-dessous livre quelques conseils.

  • Viser les fans d’une marques, ses employés, les bloggueurs du secteur, etc
  • Les suivre et entrer en interaction avec eux via Twitter
  • Publier et partager des contenus optimisés pour les réseaux sociaux (infographie, belles images…)
  • Suivre les résultats statistiques des mailing avec des outils spécialisés

 

 
Cette présentation a été réalisée par l’équipe de Prezly, société de conseil en relations presse.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Marketing: pourquoi il faut cibler les influenceurs (et pas seulement les journalistes)
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse