Actualité

Match va verser 441 millions de dollars aux fondateurs de Tinder pour solder un contentieux

AFP

Le groupe Match, spécialisé dans les sites de rencontre, va verser 441 millions de dollars aux fondateurs de l’application Tinder pour solder un contentieux sur la valorisation des stock-options qui leur avaient été allouées, selon un document déposé mercredi auprès du régulateur américain des marchés, la SEC.

Les trois cofondateurs de la plateforme lancée en 2012, avaient saisi, avec d’autres anciens du groupe, la justice de l’État de New York en 2018, accusant Match et sa maison mère de l’époque, IAC, d’avoir volontairement sous-estimé la valeur de l’entreprise au moment de déterminer la quantité de stock-options
à leur attribuer.

Selon Sean Rad, Justin Mateen et Jonathan Badeen, cocréateurs du site qui compte aujourd’hui plus de dix millions d’utilisateurs payants, Match et IAC se sont appuyés sur des chiffres « bidons » pour aboutir à une valorisation de trois milliards de dollars, en 2017, alors que Tinder en valait, en réalité,
plus du quadruple.Les stock-options portant sur environ 20% des titres de Tinder, les fondateurs et leurs premiers collaborateurs estimaient avoir été lésés de plusieurs milliards de dollars.

Les dirigeants de l’actionnaire principal de Tinder ont également supprimé plusieurs fenêtres initialement prévues et qui devaient permettre une revalorisation des stock-options jusqu’en 2021 pour prendre en compte la croissance de l’entreprise.

Match va verser 441 millions de dollars aux dix anciens de Tinder, parmi lesquels les trois cofondateurs, en échange de quoi ces derniers s’engagent à mettre un terme à toutes les actions engagées en justice.

Introduit en Bourse en 2015, Match a été totalement scindé d’IAC en 2020 et le groupe de l’entrepreneur Barry Diller n’a plus le contrôle de l’entreprise qui comprend, outre Tinder, les plateformes de rencontre Match, Hinge, Meetic ou OkCupid.

Bouton retour en haut de la page
Match va verser 441 millions de dollars aux fondateurs de Tinder pour solder un contentieux
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya