ActualitéAmérique du nordBusinessEuropeTechTransport

Microsoft et BMW s’allient pour développer les usines connectées

La production industrielle et sa rentabilité, particulièrement dans le secteur de l’automobile, peuvent être ralenties par des systèmes propriétaires complexes et entravées par leurs silos. Dans la promesse de faire face à ces difficultés, Microsoft et BMW Group ont lancé une nouvelle initiative commune baptisée Open Manufacturing Platform (OMP). Cette plateforme ouverte de production, qui sera bâtie autour de la plateforme d’IoT industriel d’Azure, la solution cloud de Microsoft, ambitionne d’accélérer l’innovation industrielle et le développement d’usines connectées. Le spécialiste américain de l’informatique et le constructeur automobile allemand entendent pour cela mettre en place un cadre technologique ouvert qui pourra déboucher sur une communauté inter-industrielle, dans l’automobile comme dans d’autres secteurs. En somme, il s’agit d’accélérer les développements de l’IoT industriel, de raccourcir les délais de rentabilisation, et de stimuler les gains de productivité.

La communauté, en cours de formation, devrait compter quatre à six partenaires initiaux qui travailleraient sur au moins 15 cas d’utilisation d’ici à la fin de l’année. Les membres de l’initiative pourront profiter de composants, standards industriels et données en open source pour leur développement hardware et software via des scénarios d’analytiques et de machine learning. Microsoft et BMW promettent aux participants qu’ils garderont le contrôle de leurs données.

Gérer les grandes quantités de données issues des appareils connectés qui forment l’IoT

L’initiative reflète les investissements croissants des constructeurs automobiles dans la technologie, désireux de ne pas prendre de retard sur le créneau de la voiture connectée et autonome. Mais elle traduit également une tendance chez les fournisseurs cloud majeurs à récolter et gérer les grandes quantités de données issues des appareils connectés qui forment l’IoT. Microsoft et BMW ne sont en effet pas les seuls à former une telle alliance. La semaine dernière, Volkswagen et Amazon Web Services (AWS) (AWS), la division cloud d’Amazon, s’étaient associés pour améliorer les processus de production du constructeur automobile en reliant et intégrant les données de 122 de ses usines, machines et systèmes. Le géant du e-commerce doit mettre à disposition de Volkswagen une plateforme cloud de données baptisée “Volkswagen Industrial Cloud”. Celle-ci pourrait, comme la plateforme de Microsoft et BMW, s’ouvrir à d’autres constructeurs automobiles et groupes industriels. Actuellement, l’infrastructure informatique peut différer d’une usine à l’autre. Le premier fabricant automobile mondial indiquait ainsi vouloir « optimiser les processus de production et augmenter la productivité», précisant que ce cloud pourrait par la suite gérer l’ensemble de la chaine de production, fournisseurs inclus. L’augmentation de la productivité fait partie des objectifs d’un plan d’économies de Volkswagen, engagé dans une coûteuse transition vers la mobilité électrique.

Il ne s’agit pas de la première collaboration entre Microsoft et BMW. La plateforme IoT de BMW Group, constituée de plusieurs milliers de machines, robots et systèmes de transport connectés, est bâtie sur Azure. Au CES 2017, BMW, tout comme Nissan, avait annoncé l’intégration de Cortana, l’assistant personnel développé par Microsoft, dans la plupart de ses modèles. A la même occasion, Microsoft avait intensifié à Las Vegas ses efforts dans la voiture autonome avec le lancement de « Microsoft Connected Vehicle Platform », une plateforme cloud développée sur Microsoft Azure à destination des constructeurs automobiles. Elle leur permet d’utiliser le cloud pour concevoir leurs propres services de voiture connectée. Microsoft a par ailleurs récemment rejoint ou amorcé d’autres initiatives collaboratives, à l’image d’un consortium (avec Intel, Alibaba, Cisco, Dell EMC, Facebook, Google, Hewlett Packard Enterprise et Huawei) destiné à développer Compute Express Link, un format ouvert dédié à l’interconnexion des data center, ou la Open Data Initiative, en collaboration avec, entre autres, SAP et Adobe.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Volvo communique (cinéma) aujourd’hui sur la mise à disposition de 40 ans de données pour une meilleure prise en compte des différentes typologies de passagers pour encore plus de sécurité. Quel est le « sens du contrôle de sa donnée » demain alors que les attentes sont toujours plus grandes envers cette industrie pour qu’elle soit toujours plus responsable en matière de sécurité et d’environnement ?

Share This