Actualité

[Noms de domaines] Le coup d’envoi est donné

De nouveaux noms de domaines devraient bientôt fleurir sur internet. En effet, à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 12 avril prochain, entreprises, associations, collectivités et autres personnes morales pourront déposer leur dossier de candidature auprès de l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) afin d’obtenir leur propre extension de nom de domaine.

L’été dernier, l’organisme avait annoncé qu’il serait à l’avenir possible d’utiliser des mots entiers comme suffixes, à la place des traditionnels « .com » « .gouv » ou « .fr ». On pourra donc bientôt voir apparaître des adresses finissant par « .Paris », « .Madrid » ou encore « .apple ».

Toutefois, avant que ces nouvelles extensions n’entrent en vigueur, l’Icann doit dévoiler au début du mois de mai prochain, une liste des candidats, en précisant les noms de domaines sollicités. Cette publication, permettra donc à toute entité, se sentant lésée, de faire des réclamations. Après validation, les candidats disposeront d’un an pour activer cette nouvelle extension.

L’Icann apporte toutefois quelques limites à cette ouverture. Les nouvelles extensions ne pourront contenir des chiffres ou des tirets. Et, les noms de pays et d’autres termes comme .nazi ou .hitler ne seront pas admis.

Pour certains, cette libéralisation des noms de domaines représente des opportunités marketing considérables. Alors que d’autres, y voit une certaine menace notamment en terme d’image, et de concurrence déloyale (fraudes, usurpations).

Verisign, l’un des opérateurs officiels d’enregistrement de noms de domaines cité dans un article de Reuters, table sur 1500 candidatures, avec un ticket d’entrée fixé à 185 000 $.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Noms de domaines] Le coup d’envoi est donné
Comment les logiciels révolutionnent l’industrie automobile
IBM France: tentative d’invasion numérique par des salariés en « télégrève »
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance